Jimmy Butler, l’heure de l’éclosion à la fac de Marquette (2008-2011)

Formé au Texas, au lycée de Tomball puis une année à la fac de Tyler Junior College, l’arrière-ailier Jimmy Butler s’est mis en valeur à l’université de Marquette dans le Wisconsin. Récit sur son parcours universitaire.

L’Etat du Texas, Jimmy Butler le connaît bien cet endroit des Etats-Unis. Né à Houston le 14 septembre 1989, il grandit du côté de Tomball. Mais ses relations avec sa famille sont compliquées. Avec un père qui l’a abandonné, sa mère le met à la porte à l’âge de 13 ans lui disant qu’elle n’aime pas son regard et qu’il devait plier bagage. Il trouve alors refuge en logeant chez différents amis.

A 17 ans, “Jimmy B” croise la route de Jordan Leslie, un joueur de football américain et de basket. Les deux jeunes garçons improvisent un concours de tirs-à 3 points et se lient d’amitié. Butler dort fréquemment chez Leslie. Et progressivement, alors qu’il n’était pas prévu qu’il reste aussi longtemps chez la famille de son cher ami, les parents de Leslie, circonspects au début, acceptent d’accueillir Butler dans leur foyer, le considérant comme leur huitième enfant. (Ndlr : le huitième ? Michelle Lambert, mère de Jordan Leslie a eu quatre enfants avec son premier mari qui est décédé. Elle se marie à nouveau avec un homme qui a lui-même trois enfants).

Les enfants de ce foyer apprécient Jimmy et ces derniers souhaitent qu’il reste. Michelle Lambert demande à Butler de bien se comporter devant ses enfants et dans le foyer, peut-on lire dans un article du journaliste rédigé par Chad Ford pour ESPN : « Je lui ai dit que mes enfants l’aimaient. Il devait éviter les problèmes, travailler dur à l’école. Il devait être un exemple. Et vous savez quoi ? Jimmy l’a fait. Tout ce que je lui demandais de faire, il l’a fait sans poser de questions ».

Au lycée de Tomball, Butler se montre redoutable avec l’équipe de basket de cet « high school » surnommée les Cougars et entraînée par Brad Ball. Après avoir inscrit 10 points par match en tant que joueur junior, il est nommé capitaine de cette team pour sa saison senior, signant de belles moyennes statistiques : 19,9 points et 8,7 rebonds. Avec ses prestations, il est nommé dans l’équipe type de tout le district. Lors de son premier match avec Tomball, il score 34 points. Suite à sa performance offensive, c’est le déclic dans l’esprit de Butler et voit un avenir avec un ballon dans les mains : « Après ça, j’ai fait quelques matchs à 30-40 points. Cela m’a donné de l’assurance et montré que je pouvais jouer au plus haut niveau ».  (source : espn)

MARQUETTE LUI DONNE SA CHANCE

Après son passage au lycée de Tomball, malgré de bonnes statistiques, peu d’universités estampillées NCAA montrent leur intérêt. Alors une université hors NCAA et donc de la NJCAA (National Junior College Athletics Association) lui ouvre ses portes : Tyler Junior College. Butler reste donc dans l’Etat du Texas pour évoluer avec les Apaches coachés par Mike Marquis. En tant que freshman (joueur de première année), Butler réalise une superbe saison en 2007-2008 avec Tyler JC : 18,7 points (shootant à 54,8 % à deux points et 42,2 % derrière la ligne à trois-points) ; 7,7 rebonds et 3,1 passes.

A l’issue de cette belle saison, Butler ambitionne de rejoindre une équipe NCAA évoluant en 1ère division (soit la plus grande organisation sportive universitaire du monde). Cette fois-ci, Butler capte l’attention des recruteurs de fac NCAA. Marquette, Clemson, Mississippi State et Iowa State lui font les yeux doux. Et c’est sa maman d’adoption, Michelle Lambert qui le guidera dans son choix « Il a reçu beaucoup d’offres. Mais j’étais impressionné par Marquette pour des motifs scolaires. C’était une superbe école. Je lui ai dit qu’il devrait aller là-bas car le basket ne sera pas une solution à long-terme. Il a besoin d’une bonne éducation et d’un diplôme sur lequel comptait ». (source : espn)

Sur les conseils de Michelle Lambert, Butler rejoint à l’âge de 19 ans Marquette, la même fac où a évolué Dwyane Wade. Dès la saison 2008-2009, Butler devient alors un membre des Golden Eagles de cette fac du Wisconsin à Milwaukee, coaché sous les ordres de Buzz Williams. En tant que sophomore où il croise Wesley Matthews et Lazar Hayward, il ne réalise pas les mêmes statistiques que lors de son passage à Tyler : 5,6 points ; 3,9 rebonds et 0,7 passes. Cirant beaucoup plus le banc que de fouler les parquets, Butler n’apprécie guère cette situation et fait part de son envie de retourner au Texas : « Buzz était dur. Il n’a jamais eu de coach qui lui disait non. Mais souvent les coachs peuvent se le permettre. C’était une nouvelle chance pour lui de mûrir », déclare Michelle Lambert au sujet de Jimmy Butler à ESPN.

Coach Williams expliquait à Espn qu’il comptait sur Butler et décelait en lui un potentiel : « Je n’ai jamais été aussi dur avec un joueur que je l’ai été avec Jimmy. J’étais impitoyable avec lui car il ne savait pas à quel point il pouvait être fort. Toute sa vie on lui a dit qu’il n’était pas assez bon. Ce que je voyais, c’était un gars qui pouvait avoir tellement d’impact de différentes façons pour notre équipe»

Pour sa première saison avec les Golden Eagles, avec un temps de jeu moyen de 19,6 minutes en 35 matchs, tous en sortie de banc, Butler fournit quelques bonnes prestations avec Marquette:

  • Premier match avec Marquette le 14 novembre 2008, il score 10 points (5/8 aux tirs) et prend 4 rebonds contre les Baptist Houston.
  • 12 points contre U-Conn le 25 février 2009
  • Meilleur match au scoring avec 19 points face à Villanova
  • Meilleur match au rebond avec 10 prises contre Louisville le 1er mars 2009
  • Premier double-double face à Syracuse le 7 mars 2009 : 12 points et 14 rebonds dont 10 offensifs et 4 passes
  • 15ème joueur le plus efficace aux lancers-francs de toute la conférence Big East (zone dans laquelle évolue Marquette dans le championnat NCAA) : 76,8 %

Pour sa saison junior (2009-2010), Butler est transfiguré sous la tunique de Marquette. Ses stats de fin de saison sont nettement en hausse. Il dispute 34 rencontres tous joués en tant que titulaire pour 34,3 minutes de jeu. En moyenne, il marque 14,7 points, prend 6,4 rebonds et délivre 2 passes par match. Il fait partie des meilleurs leaders dans la conférence Big East dans quatre catégories statistiques dont le scoring (20ème avec ses 14,7 pts) et aux pourcentages de tirs (8ème avec 53 %. Lors de sa deuxième année avec les Golden Eagles, il inscrit deux tirs victorieux : un face à U-Conn le 30 janvier où il termine avec 21 points, et un autre face à St-John’s le 23 février lors de la prolongation pour donner la victoire à son équipe 63-61.

Lors de sa deuxième saison avec Marquette, il frappe fort à plusieurs reprises :

  • Pour son premier match en tant que titulaire, il marque 27 points (11/16 aux tirs) et prend 13 rebonds lors de l’ouverture de la saison le 13 novembre contre Centenary
  • Il inscrit ses premiers tirs à trois-points en fac avec un 3/3 pour finir avec 12 points, 7 rebonds, 3 passes and 2 interceptions contre. Maryland Eastern Shore le 17 novembre
  • Double-double le 29 novembre avec 10 points et 11 rebonds contre Florida State
  • Double-double le 5 décembre avec 19 points et 12 rebonds contre NC State
  • 21 points à 5/6 aux tirs et 11/13 aux lancers face à North Florida

La saison suivante en tant que senior, en 37 matchs dont 35 comme starter, il maintient son niveau de jeu avec des moyennes de 15,7 points ; 6,1 rebonds et 2,3 passes pour 34,6 minutes, enchaînant encore sur le parquet d’excellentes prestations :

  • 18 points lors du match d’ouverture de la saison face à Prairie View à 7/12 + 3 contres le 12 novembre 2010
  • 20 points, 9 rebonds, 4 passes et 3 interceptions face à South Dakota le 20 novembre 2010
  • Premier double-double lors de cette saison : 10 points et 12 rebonds face à Centenary le 18 décembre 2010
  • 20 points contre DePaul à 8/10 aux shoots et 4/4 aux lancers-francs ; 8 rebonds et 4 interceptions
  • Il devient le 42ème joueur de la fac de Marquette à atteindre la barre des 1000 points inscrits en marquant son premier panier du match face à Connecticut. Il finit ce match avec 21 points et 8 rebonds.
  • Il atteint les 500 rebonds le 2 février face à Villanova où il marque aussi 11 de ses 15 points en seconde période.
  • 23 points à 9/13 aux tirs contre St John’s le 15 février 2011
  • 30 points dont 15/17 aux lancers face à Cincinnati le 2 mars 2011
  • 19 points, 10 rebonds et 8 passes contre Providence le 8 mars 2011

En tant que joueur senior, il découvre les phases finales du tournoi NCAA à l’issue de la saison régulière. Lors du quart de finale régionale (zone Est), lors de la victoire de Marquette face à Syracuse, il marque 10 points, prend 3 rebonds et délivre 3 passes. En demi-finale régionale face à North Carolina, il score 14 points mais son équipe perd 81-63. Cette défaite met un terme à la fin de saison de Marquette et au parcours universitaire de Butler, diplômé en communication. En trois saisons, Butler compile des moyennes de 12 points ; 5,5 rebonds, 1,7 passes et 1,1 interceptions en 106 matchs avec les Golden Eagles, shootant à 50,8 % à deux points, 38,3 % à trois points et à et 77,7 % aux lancers-francs. Il fait partie des 19 joueurs de l’histoire de Marquette à franchir à la fois la barre des 1000 points (1277) et des 500 rebonds (579).

LAMBERT – BUTLER : UNE RELATION CHARGEE D’EMOTION

A l’occasion d’une soirée en hommage aux seniors de la fac de Marquette dont fait partie Butler, Michelle Lambert n’a pu masquer ses émotions en marchant sur le terrain avec le joueur : « J’ai pleuré en permanence. Il a tant accompli. J’étais à la fois heureux et fier. Tout le monde a douté de lui. Son entraîneur et son principal au lycée disaient qu’il ne deviendrait jamais rien. Et le voilà, avec la foule qui l’acclame. Mais j’ai été aussi triste et effrayé. Votre bébé part. Il fait face au monde horrible. Jimmy parle toujours de ce que nous avons fait pour lui. Je ne suis pas sûr qu’il comprenne ce qu’il a fait pour nous. Il a changé notre vie, aussi. Nous sommes de meilleures personnes du fait de l’avoir dans notre famille ». (source : espn)

Cérémonie hommage à Jimmy Butler à Marquette (c) sportsmockery.com

Butler a pris la parole à son tour remerciant la mère de Jordan Leslie. Sans cette rencontre avec son fils, l’avenir de Butler aurait pu connaître une tout autre trajectoire ou une autre issue favorable dans la vie du joueur NBA: « Je lui rends hommage pour m’avoir aidé à devenir qui je suis. Je l’aime. Vous pourriez penser qu’elle m’a donné naissance. Je lui parle chaque matin. Elle est très affectueuse. C’est ma famille. C’est Michelle Lambert. Elle est ma mère». (source : espn)

A l’issue de ses trois années universitaires à Marquette, Butler se présente à la Draft 2011 qui s’est déroulée à la Prudential Center à Newark dans le New Jersey. Il sera sélectionné en 30ème position par les Bulls de Chicago le 21 juin de cette année. Bien avant d’entendre son nom prononcé par David Stern, Butler a entendu des propos peu élogieux sur lui qui contrastent avec sa progression dans le basket depuis le lycée et sa période universitaire : « On m’a appris que tout est possible. De toute ma vie, les gens ont douté de moi comme ma mère. Au lycée, les gens m’ont dit que j’étais trop petit et pas assez rapide pour jouer au basket. Ils ne connaissent pas mon histoire. Car si c’était le cas, ils sauraient que tout est possible. Qui aurait pensé qu’un joueur d’une petite ville deviendrait à peu près un joueur convenable à l’université. Et qui a maintenant une chance d’être drafté en NBA ? ». (source : espn).

Son histoire a même fait réagir un General Manager avant la draft 2011 : Son histoire est une des plus incroyables que j’ai pu voir de toutes mes années dans le basket. Il y a eu tellement de fois dans la vie où il a été poussé vers le bas. À chaque fois il a remonté la pente. Lorsque que vous lui parlez, bien qu’il n’aime pas parler de sa vie, vous avez le sentiment que ce gamin a de la grandeur en lui.» (source : espn)

PLACE A LA NBA ET DIRECTION CHICAGO

Jimmy Butler quitte Marquette et le Wisconsin pour s’endurcir à Chicago. Il s’est dit fier de rejoindre une franchise NBA : « c’est un sentiment incroyable. J’étais sans voix et incapable de dire quoi ce soit. J’ai du marcher et me ressaisir. Je pense que les Bulls étaient une des meilleures équipes intéressées mais vous ne savez jamais. Je ne pouvais pas être aussi heureux. J’ai hâte de me rendre à Chicago ce weekend ». (réaction de Butler sur le site de gomarquette.com).

Son coach de Marquette, Buzz Williams était extrêmement ravi que son ancien joueur rejoigne le championnat nord-américain tout en l’encensant « Je suis vraiment content pour lui. C’est une histoire incroyable quand vous pensez à son parcours jusqu’à Marquette et tout ce qu’il a été capable d’accomplir comme choses dont certaines qui se réalisent maintenant. L’évolution de Jimmy en tant que joueur fait honneur à ce qu’il est devenu en tant que personne. Sa polyvalence est d’une telle valeur à tel point que nous ne pouvions pas l’enlever du terrain en tant que joueur senior qu’il était. Son intelligence a été un trait immense pour lui. Il a entièrement compris ce que nous essayons de faire des deux côtés du terrain ». Lors de la cérémonie de la draft à Newark, Jimmy Butler est devenu ainsi le 54ème joueur de la fac de Marquette à être sélectionné par une équipe NBA.

Marquette head coach Buzz Williams goes over a play with Jimmy Butler during game against Notre Dame at the Bradley Center, Monday, January 10, 2011 (c) jsonline.com

Arrivé dans l’Illinois, Butler a continué de progresser dans son jeu en NBAIl l’a démontré d’années en années. Ses statistiques ont gonflé progressivement en 4 ans passés à l’entraînement et à enchaîner les matchs avec les Bulls. Il est élu Most Improved Player en 2014-2015 avec 20 points de moyenne (13 en 2013-2014), 5,8 rebonds (4,9 en 2013-2014).

LE BUZZER-BEATER DE JIMMY BUTLER EN 2010 AVEC MARQUETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *