Carolyn Peck, une jeune coach qui gagna le championnat NCAA : le titre de 1999 avec Purdue

Située dans le comté de Tippcanoe dans l’Indiana, l’université de Purdue a vibré au printemps 1999. La section féminine des Boilermakers soulevaient son première titre NCAA grâce notamment à une jeune coach sur le circuit universitaire : Carolyn Peck.

Le 28 mars 1999, cet entraîneure de l’équipe des Purdue Boilermakers était à la fête. Ancienne joueuse de la fac de Vanderbilt (de 1985 à 1988), Carolyn Peck a guidé son groupe de filles qu’elle dirigeait depuis deux ans vers le succès. Cette fac remportait le championnat NCAA pour la première de son histoire. Ses joueuses s’imposaient facilement en finale face à Duke à la San José Arena en Californie devant 17 733 spectateurs : 62 à 45. A 33 ans, Peck figure parmi les jeunes coachs universitaires à gagner le championnat universitaire. Au même age, Linda Sharp l’avait fait en 1983 avec les Trojans de Southern California.

PURDUE DOMINE SON ADVERSAIRE EN DEUXIEME MI-TEMPS

Les deux finalistes ont été maladroites aux tirs tout au long de cette finale : 21/55 (38,2 % pour Purdue), 18/55 (32,7 % pour Duke). Malgré une adresse déficitaire, les Boilermakers ont été plus agressives dans la peinture se rendant 28 fois sur la ligne des lancers-francs (19 convertis) contre uniquement 6 fois pour les Blue Devils (4 convertis). Quatre joueuses dépassaient la barre des 12 points ou plus : Stéphanie White (12), Camille Cooper (13), Katie Douglas (13) et Ukari Figgs (18).

Pourtant Purdue avait mal entamé sa première finale, shootant à 28,6 % aux tirs et 16,7 % aux lancers-francs en première mi-temps. Après la pause où les Boilermakers étaient menées de 5 points (22-17), elles inversaient la tendance et prenaient l’avantage à la suite d’un lay-up réussi de Figgs, qui marquera tous ses points en deuxième mi-temps : 32-30.

Purdue doit ensuite malheureusement continuer à jouer avec Stéphanie Mills blessée en cours de match mais qui s’efforça de rester sur le parquet malgré sa foulure à la cheville. Un moment dont profita Duke qui revenait à -5 avec un tir à 3-points à 4:01 de la fin du match : (47-42). Purdue éteint ensuite son adversaire pour infliger un 15-3 jusqu’au coup de sifflet final. Avec cette bonne avance au tableau d’affichage, White pouvait sortir du terrain, affaiblie.

Score final de 17 points : 62 à 45, soit un des plus petits résultats de finale comme celles de 1987 (victoire de Tennessee 67 à 44 contre Louisiana Tech) ou de 1988 (victoire de Louisiana Tech 56 à 54 contre Auburn). Lors de ce tournoi NCAA 1999, Purdue gagnait ses six matchs par au moins 10 points d’écart. Carolyn Peck n’échappe pas à la tradition dès la fin du match en découpant le filet du panier en montant sur une échelle.

Carolyn Peck et les joueuses de Purdue (c) AP

Pour son deuxième Final Four de son histoire après 1994, Purdue terminait la saison 1998-1999 avec 34 victoires et 1 défaite, détenant le cinquième meilleur bilan dans l’histoire du championnat NCAA derrière Louisiana Tech (1981-1982, 34-1) Texas (invincible en 1985-1986, 34-0), Connecticut (invincible en 1994-1995, 35-0), Tennessee (invincible en 1997-1998, 39-0).

Carolyn Peck est élue coach de l’année par Associated Press, devenant la première afro-américaine à remporter le titre national universitaire. Avec un trophée à la clé, elle quitte sur une belle note Purdue deux ans après avoir été nommée à la tête de cette équipe en 1997 pour aller entraîner les Orlando Miracle, une nouvelle franchise de WNBA qui naissait.

(c) photo une : Purdue Athletics

La finale Purdue – Duke en intégralité

La célébration de Purdue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *