Danny Manning hisse au sommet les Kansas Jayhawks, champion NCAA 1988

Lors de sa huitième participation à un Final Four universitaire en 1988, la fac de Kansas célébrait son deuxième sacre au terme d’une belle finale remportée aux dépens d’Oklahoma. Danny Manning a été le grand bonhomme de cette ultime match de la saison des Jayhawks. 

Encadré par le coach Larry Brown, les Kansas Jayhawks remportaient leur second titre NCAA, 36 ans après le premier sacre. Deux ans plus tôt en 1986, Kansas avait raté la qualification en finale après une défaite face à Duke 71 à 67 en demi-finale. Cette année 1988, l’université de l’Etat du Midwest a vaincu ses démons. La tristesse laissait place à la joie. Après sa victoire bien revancharde en demi face au Blue Devils 66 à 59 grâce à Danny Manning (25 points, 10 rebonds, 2 passes, 4 interceptions et 6 contres), les Jayhawks ont efficacement gagné cette finale.

Le 4 avril 1988, à la Kemper Arena devant leur public, les gamins du Kansas battaient les Sooners d’Oklahoma sur le score de 83 à 79. Les Jayhawks réussissaient un grand exploit en limitant son adversaire à moins de 80 points et qui marquait 103 points par match tout au long de cette saison 1987-1988. Tout le contraire de Kansas : 79 points inscrits par rencontre. Kansas prenait sa revanche sur Oklahoma en saison régulière après sa défaite le 73 à 65 le 3 février 1988 à domicile à la Allen Fieldhouse.

 

DANNY MANNING, LE LEADER D’ATTAQUE DE KANSAS

Dans cette finale, c’est encore Danny Manning qui a été fabuleux et mené l’attaque des Jayhawks. Le futur joueur des Clippers de Los Angeles alignait 31 points, 18 rebonds, 2 passes, 5 interceptions et 2 contres en 36 minutes. Il est élu meilleur joueur du Final Four (Most Outstanding Player) et également meilleur joueur de l’année en NCAA. L’ailier auteur d’un 13/24 aux tirs et 5/7 aux lancers-francs a été bien aidé par ses partenaires. Milt Newton signe 15 points et 4 rebonds ; Kevin Pritchard, 13 points et 4 passes ; Chris Piper, 8 points, 7 rebonds et 3 interceptions. Manning affichait des stats exceptionnelles au cours de ce tournoi NCAA et des six matchs à éliminatoires directes : 27,2 points, 9,3 rebounds, 2,3 blocks et 2 interceptions par match.

Du côté des Sooners, tout le 5 majeur a franchi la barre des 10 points et a participé efficacement au jeu collectif : Dave Sieger (22 + 5 rebonds, 7 passes et 3 interceptions), Stacey King (17 + 7 rebonds), Mookie Blaylock (14 + 5 rebonds, 4 passes et 7 interceptions), Harvey Grant (14 + 5 rebonds) et Ricky Grace (12 + 7 rebonds + 7 passes).

A la mi-temps, les deux finalistes rentraient aux vestiaires à égalité parfaite : 50-50. A ce rythme, tous étaient parti pour atteindre chacune la barre des 100 points. Or, en seconde période, les défenses étaient resserrés, la cadence a baissé largement d’un cran. A 11 minutes de la fin du match, Blaylock fait passer les Sooners devant grâce à un panier à 3-points : 68 à 65. Deux minutes plus tard, Oklahoma vacille en attaque en ne rentrant qu’un seul de ses 10 shoots suivants. Kansas profite de la maladresse de ses adversaires pour briller offensivement et prendre trois possessions d’avance : 77 à 71.

A 5 secondes de la fin, Manning convertit deux lancers-francs pour donner deux possessions d’avance à ses partenaires : 83-79.  Plus rien ne sera marqué. La joie s’affichait sur les visages des Jayhawks, la folie habitait les fans de Kansas présents à la Kemper Arena dès le coup de sifflet final.

Homme du match, Manning voit tous ses partenaires se diriger vers lui tout sourire pour célébrer le titre, le tout entouré de pom-pom girls et de photographes. Le calme revenait progressivement peu à peu quand les vainqueurs rejoignaient les vestiaires. Manning racontait : “Après le match, c’était probablement la partie la plus cool. Nous sommes simplement assis dans les vestiaires, à attendre les médias, à attendre de faire tout ce que nous avons à faire avant de retourner à l’hôtel et vous êtes assis là à vous souvenir. Cela vous frappe vu que c’est la dernière fois que nous étions ensemble. C’est la dernière fois que nous jouons un match ensemble. » (source : sportingnews).

“DANNY AND THE MIRACLES”

Comme un grand nombre de joueurs universitaires, Danny Manning concluait son cursus NCAA en gagnant le championnat. Sa dernière saison 1987-1988 est remarquable sur le plan statistiques : 24,8 points – 9,8 rebonds – 2 passes – 1,9 interceptions et 1,8 contre en 38 matchs. Sur ses 38 rencontres, Kansas en gagnait 27 et en perdait 11, ce qui fait des Jayhawks un des champions NCAA ayant perdu le plus de rencontres dans la même saison. Trois ans plus tôt, c’est Villanova qui détenait ce record en étant champion avec 10 revers en 35 matchs lors de la saison 1984-1985.

Avec 11 défaites au compteur pour une champion universitaire, les médias américains ont renommé les Jayhawks “Danny and The Miracles”. La performance est encore plus belle pour Kansas, tête de série numéro 6 de la région Midwest, qui battait les Sooners, tête de série numéro 1 de la région Sud et qui détenait un bilan de 35 victoires en 38 matchs avant sa défaite en finale.

Côté départs, Larry Brown, qui n’en revient pas d’avoir gagné ce titre, quittait aussi Kansas de la plus belle des manières pour retourner coacher en NBA du côté du Texas et diriger la franchise des San Antonio Spurs. Il est élu coach de l’année en 1988.

20 ans plus tard, Kansas décrocha son troisième trophée en remportant la finale NCAA face aux Memphis Tigers 75 à 68.

(c) photo une : Susan Ragan/AP

Les 31 points en images de Danny Manning

Le match  Kansas – Oklahoma en intégralité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *