Anthony Peeler, le “tigre” resplendissant du Missouri (1988-1992)

Les fans des Lakers se souviennent sans doute dans les années 90 du gaucher Anthony Peeler. Cette arrière, avant de jouer dans la cour des grands, a éclaté au grand jour en fac du côté du Midwest des Etats-Unis chez les Tigers du Missouri. 

Enfant du Kansas, c’est non loin de cet Etat qu’Anthony Peeler s’exprime sur les terrains de basket. Au lycée de Paseo, il guide son équipe vers le succès qui remporte le championnat d’Etat. Il se fait remarquer avec des cartons en attaque et en martyrisant les cercles avec des dunks. Elu Mr. Show Me Basketball de l’Etat, avec de telles qualités, il est invité à jouer le Mcdonald All-American Game en 1988 un match qui réunit les meilleurs joueurs de lycée. Il est intégré à l’équipe de l’Est dans laquelle on retrouve des noms connus : Alonzo Mourning, Billy Owens, Crawford Palmer, Malik Sealy, Christian Laettner, Chris Jackson (Mahmoud Abdul-Rauf).

Le magazine sportif US “The Sporting News” le considérait comme le troisième meilleur potentiel joueur de première année (freshman) en NCAA derrière Alonzo Mourning et Billy Owens. Après avoir longtemps hésité à rejoindre la fac de Kansas, Anthony Peeler optait finalement pour celle du Missouri dans laquelle il débarque en 1989 avec ses paires de basket .

Et pendant 4 ans, encadré par le coach Norm Stewart, il a parfait son shoot, s’est surpassé en devenant un des très forts attaquants du championnat universitaire au fil des mois de compétition et des entraînements.

A 19 ans, il conclut une bonne année en 1988-1989 avec des moyennes de 10,1 points ; 3,7 rebonds et 2,8 passes en 36 matchs. Il reçoit le titre de “Big Eight Newcomer of the Year” (meilleur nouveau venu de l’année en NCAA). Vainqueur du tournoi Big 8 en 1989 (victoire en finale contre Oklahoma le 12 mars 1989, 98-86), il joue le tournoi NCAA pour la première fois depuis son arrivée en fac avec du temps de jeu mais sans vraiment peser dans le jeu des Tigers. Missouri a été éliminé en demi-finale régionale (Sweet Sixteen) contre Syracuse (Sherman Douglas, Billy Owens, Derrick Coleman) : défaite 83-80. Malgré cette élimination, Missouri pouvait être fier de son chemin parcouru en 1988-1989 avec un bilan de 29 victoires et 8 défaites.

ANTHONY PEELER : LA PROGRESSION EN DEUXIEME ANNEE

L’arrière gaucher va ensuite connaître une ascension fulgurante lors des prochaines saisons. Lors des matchs, il prend feu aux tirs et se mue aussi en parfait rebondeur et passeur au service des Tigers. Ses chiffres enflent en 1989-1990 après l’entame de sa deuxième saison sous le statut de sophomore. Il tourne à 16,8 points (44,6 % aux tirs et 35,3 % à 3-points), 5,4 rebonds et 5,8 passes en 31 matchs. Mais au tournoi NCAA, son équipe perd contre Northern Iowa 74-71 au premier tour. Peeler se troue complètement : 3 points, 3 rebonds en 28 minutes, ce qui ne reflète pas les performances réalisées en saison régulière.

En 1990-1991, aucune baisse de régime, c’est l’année de la confirmation. Sa ligne de stats est splendide : 19,4 points, 6,2 rebonds et 5 passes en 21 rencontres. N’ayant pas joué l’intégralité des matchs (30 au total en raison des cours), son pourcentage à 3-points évolue passant de 35,3 % à 41,4 %. Il remporte en 1991 pour la deuxième fois le tournoi de la Big 8 à la Kemper Arena, la salle omnisports de Kansas City, où son coéquipier et scoreur Doug Smith a été élu MVP du match.

ANTHONY PEELER : 23,4 POINTS EN SENIOR, 43 POINTS CONTRE KANSAS

En 1990 et 1992, il figure dans la meilleure équipe Big 8 de la saison (conférence dans laquelle évolue Missouri).  Il est élu joueur de l’année dans la conférence Big 8 et meilleur athlète de l’année en 1991-1992. C’est sans surprise qu’il reçoit cette distinction individuelle puisque ses moyennes stats sont flamboyantes : 23,4 points (à 41,7 % à 3-points, 5,5 rebonds et 3,9 passes pour sa saison senior. Il obtient sa place dans la deuxième meilleure équipe NCAA toutes facs confondues des Etats-Unis (second team All-American)

Cette saison-là, il est monté en température en inscrivant 43 points face à Kansas, justement cette fac où il aurait pu atterrir. Lors de ce dernier match de saison régulière, dans le quatrième quart-temps, dans les 8 dernières minutes, il claque 19 points. Son incroyable rendement offensif a été insuffisant. Les Tigers perdent 97-89.

Le 19 mars 1992, il fait gagner les Tigers au premier tour du tournoi NCAA avec 25 points, 5 rebonds et 5 passes contre West Virginia au Greensboro Coliseum. Au second tour, malgré 28 points contre Seton Hall, Missouri s’incline 88-71.

Anthony Peeler joua alors son dernier match universitaire avec Missouri, finissant sur une défaite. Il finit ses années fac avec des moyennes de 16,8 points, 5,1 rebonds, 4,2 passes et 2,1 interception en 117 matchs. Il quitte la fac de Missouri en étant le troisième meilleur scoreur de l’histoire des Tigers avec 1970 points.

Après 4 ans de développement à l’université, c’est la consécration. Très en vue avec les Tigers du Missouri, les Lakers de Los Angeles le sélectionnent en 15ème position de la draft 1992.

En 1998, évoluant toujours en NBA à Minnesota, il est honoré par les Missouri Tigers qui l’introduit dans son Hall of Fame. En 2006, pour les 100 ans d’existence de l’équipe de basket universitaire du Missouri, il fait partie des 30 meilleurs joueurs de cette fac.

Les 43 points d’Anthony Peeler contre Kansas en images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *