Le bel accomplissement de Boris Diaw à Pau-Orthez (2000-2003)

Champion NBA 2014 avec les San Antonio Spurs, actuel ailier des Utah Jazz, Boris Diaw s’est perfectionné dans le Béarn à Pau-Orthez. Agé de 35 ans en ce 16 avril, retour sur son parcours dans le championnat de France au sein du club emblématique palois et du basket français. (Article publié initialement sur Basket Rétro)

Né d’une mère basketteuse (Elisabeth Riffiod, considérée comme une des meilleures intérieures du basket féminin en France, 247 sélections en équipe nationale) et d’un père qui a pratiqué le saut en hauteur (Issa Diaw), Babac, comme on l’appelle, rejoint à 13 ans l’équipe de basket de l’US Talence en 1995 pour y rester jusqu’en 1997. Toujours adolescent, il se fait repérer par la JSA Bordeaux où il reviendra lors de la période de lock-out, puis se fait remarquer par une institut de renommée, l’Insep et son centre fédéral de basket à Paris en 1998 dans lequel il rencontre de futurs joueurs NBA : Tony Parker et Ronny Turiaf. C’est durant son apprentissage dans ce centre parisien et la répétition des matchs en Nationale 2 que le feu des projecteurs se braque sur Diaw.

Les recruteurs Français des clubs de Pro A surgissent tour à tour pour tenter d’enrôler le jeune ailier âgé alors de 17-18 ans : Pau-Orthez, Limoges, Villeurbanne, PSG-Racing, Cholet, Chalon-sur-Saône, Besançon, Nancy, Dijon, Evreux et Montpellier. Pour le quotidien le Parisien, Diaw était flatté qu’autant d’équipes s’intéressaient à lui : « Tant mieux s’il y en a beaucoup. Je pourrais ainsi faire mon choix. » Et d’expliquer sur quels points du jeu il avait travaillé : « « J’ai progressé dans tous les domaines. J’ai perfectionné mon shoot et gagné en maturité. »

Philippe Sudre, conseiller juridico-sportif à la FFFB, chargé de s’occuper de la carrière des futurs champions en 2000 à l’époque, n’était pas surpris que Diaw fasse l’objet d’autant de sollicitations. « Tous les ans, le leader de la génération est contacté. Aujourd’hui, c’est Boris qui possède les qualités pour s’adapter au haut niveau. C’est un joueur polyvalent qui possède une facilité à tout exécuter parfaitement mais il faudrait qu’il se spécialise dans un domaine précis pour se faire encore plus remarquer. » (source : Le Parisien).

SAISON 2000-2001 : SON ARRIVEE A PAU
Boris Diaw face à Roanne

Diaw a sans doute longuement et murement réfléchi quant à la future destination française de sa jeune carrière de basketteur. Et son choix se porte alors sur le club du Béarn : Pau-Orthez. En 2000, il débarque dans le Sud-Ouest et l’équipe paloise coachée par Claude Bergeaud, côtoyant deux autres jeunes espoirs du basket français : Florent et Mickael Piétrus, les deux frères. Lors de la saison 2000-2001, il participe à 27 rencontres de championnat pour des moyennes de 4 points ; 2,7 rebonds et 1,6 passe en 14 minutes au sein d’un effectif qui compte les français Didier Gadou, Frédéric Fauthoux, l’Espagnol Roger Estreller et le géant roumain Gheorghe Muresan.  Nommé débutant de l’année pour sa première saison, Diaw s’illustre également en remportant le concours de dunks du All-Star Game en 2001, preuve de ses capacités athlétiques et de son explosivité.

Avec un bilan positif de 22 victoires et 8 défaites, Pau termina deuxième de Pro A et élimina tour à tour en playoffs Chalon en quart (en trois manches), Le Mans en demi (en deux manches). En finale, Pau croise la route de son éternel rival, l’Asvel. Après une victoire partout, c’est lors de la belle que Diaw prend ses responsabilités avec les frères Piétrus. « Bobo » signe 11 points, 8 rebonds et 4 passes, des stats à la Diaw comme il a souvent coutume de réaliser. Avec les stats des frères Piétrus, et ceux de Diaw, les trois jeunes pousses de Pau cumulent 30 points, 14 rebonds et 9 passes. Victoire de Pau qui remporte son septième titre de champion de France en 2001, la première pour Boris. Quelle entame de carrière pour une première saison chez les pros. (détails de cette finale). Le capitaine de l’équipe de France vit alors ses premiers plus beaux instants en pro avec le club de Pau-Orthez. Ses stats en 8 matchs de playoffs sont de 8 points ; 3,6 rebonds et 1,3 passe en 17 minutes.

SAISON 2001-2002 / 2002-2003 : DIAW S’AFFIRME

La saison suivante, Boris Diaw gonfle ses stats en 2001-2002. Il conclut sa deuxième saison pro dans la Ligue Nationale de Basket avec des statistiques moyennes de 7,8 points, 4,7 rebonds et 2, passes en 21 minutes. Il rajoute une nouvelle ligne à son palmarès avec la victoire de Pau en Coupe de France face à l’Asvel sur le score de 80 à 73. Les Palois auraient pu signer le doublé cette saison mais ils s’inclinent en finale en deux manches. Ses stats en 6 matchs de playoffs sont de 7,2 points ; 5 rebonds et 2,7 passes en 25 minutes.

Lors de la saison 2002-2003, Boris Diaw démontre ses progrès dans le jeu avec sa bonne seconde saison en devenant indispensable à son équipe. Il réalise notamment 8 matchs de saison régulière sur les 26 disputés entre 10 et 19 points dont :

  • 11 points à 4/6 aux tirs, 13 rebonds et 3 passes face à Nancy (12ème journée), victoire 95-61, 26 d’éval
  • 18 points à 7/11 aux tirs, 7 rebonds et 4 passes face à Gravelines (13ème journée), victoire 107-96, 25 d’éval
  • 13 points, 5 rebonds et 3 passes face au Mans (16ème journée), victoire 90-64
  • 13 points à 6/9 aux tirs, 6 rebonds, et 5 passes face à Bourg-en-Bresse (22ème journée), victoire 92-73, 22 d’éval
  • 12 points, 11 rebonds et 7 passes face à Roanne (24ème journée), victoire 103-84, 27 d’éval

Il flirte avec le triple-double lors de la 28ème journée face à Limoges, victoire 110-67 : 8 points, 9 rebonds et 10 passes, 29 d’éval (la meilleure de cette saison). Capable de marquer, faire des passes, prendre des rebonds, perturber le défenseur, être actif des deux côtés du terrain, Diaw expliquait avoir cette réelle envie de devenir un joueur polyvalent : « C’est possible que ça (la polyvalence) m’ait desservi par moments, mais c’est plutôt un point fort. Et ça m’a aidé. Je voulais surtout progresser dans tous les domaines, apprendre à tout faire sur le terrain, le travail des joueurs extérieurs ou celui des intérieurs. Je voulais savoir tout faire. Dans l’âme, je me sens avant tout un joueur de basket… Quel que soit le poste, je prends du plaisir ». (source : sport.fr)

Il finit la saison régulière avec des stats moyennes de 7 points ; 5,2 rebonds et 4,1 passes et obtient le titre de MVP français de la saison. Avec Pau, il réalise un triplé fantastique : vainqueur de la Coupe de France face à Gravelines, vainqueur de la semaine des As contre le Havre et le titre de champion de France contre l’Asvel remporté lors de la belle. C’est lors de ce match 3 crucial face aux Villeurbannais que Diaw fait des stats digne de son rang : 7 points et 9 rebonds. Sur ce second sacre avec Pau, Diaw part sur une bonne note car il s’agissait de son dernier match en Pro A avec le club palois avant de poursuivre sa carrière outre-Atlantique en NBA.  Ses stats en 7 matchs de playoffs de Pro A sont de 6,7 points ; 4,5 rebonds et 2,3 passes en 28 minutes.

DIAW EN COUPE D’EUROPE

En parallèle des matchs de Pro A, Diaw découvre la Suproligue lors de la saison 2000-2001, compétition dans laquelle Pau est répartie dans une poule de 10 équipes. Même nombre dans l’autre groupe soit 20 clubs au total (cette saison-là, il y a deux coupes d’Europe majeures avec l’Euroligue en raison d’un différend entre la FIBA et l’ULEB). L’ailier français réalise alors son meilleur match européen face au Bayer Leverkusen, défaite 88-79 : 11 points à 5/6 aux tirs, et 3 rebonds. Pau finit 6ème de la poule et se qualifie pour les 16ème de finale (les 8 premiers de chaque groupe vont en 16ème). Les champions de France 2000 croisent le chemin en 16ème du club croate de Split. Pau aura bien bataillé sur les deux manches mais sera éliminé sur l’ensemble des deux matchs (79-78 et 85-83).

En 2001-2002, Diaw découvre l’Euroligue et conclut deux bons matchs en phases de poules :

  • 17 points à 5/6 à 2-pts dont 2/3 à 3-pts, 7 rebonds et 2 passes, 23 d’éval, face à Zadar au Palais des Sports de Pau le 20 décembre 2001, victoire 101-73.
  • 12 points, 2 rebonds et 5 passes, 17 d’éval, face à Novo Mesto Palais des Sports de Pau le 14 février 2002, défaite 84-74

Pau sera éliminée de la phase de poules, synonyme de non-qualification pour le Top 16.

En 2002-2003, Diaw délivre deux autres bons matchs en phase de poules de l’Euroligue :

  • 12 points à 6/10 à 2-pts ; 5 rebonds, 6 passes, et 3 interceptions 21 d’éval, face au FC Barcelone au Palais des Sports de Pau le 9 janvier 2003, défaite 84-72.
  • 13 points à 5/7 à 2-pts ; 9 rebonds, 5 passes et 4 interceptions, 28 d’éval, face au Skipper Bologne à l’extérieur, défaite 85-75

Une fois encore, Pau échoue de peu pour la qualification au Top 16 en finissant sixième de sa poule. A noter que cette année-là, le 6ème, toutes poules confondues, se qualifiait pour le Top 16, une place obtenue par Sienne au détriment des Palois grâce à une meilleure différence points marqués/points encaissés.

Connu donc pour sa polyvalence, sa belle vision du jeu, et son altruisme, Diaw s’envole pour la Géorgie et atterrir aux Atlanta Hawks, franchise qui le drafte en 21ème position en 2003. Et ce après ses trois saisons à Pau-Orthez. Pris pour cible pour ne pas prendre assez de shoots, Diaw s’est révélé être scoreur puisqu’il réalise ses meilleures saisons en attaque lors de son transfert au Phoenix Suns (13,3 points pour sa première saison en Arizona) et aux Charlotte Bobcats (15,1 points en 59 matchs en 2008-2009). Sa carrière aux Etats-Unis s’est illuminée avec le titre acquis avec les San Antonio Spurs en 2014 au côté de Tony Parker.

Reportage de France 3 sur le huitième sacre de Pau-Orthez en Pro A


BASKET / Pau Orthez champion de France 74/66… par ina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *