Keith Jennings, le grand “Mister” du Mans Sarthe Basket (1997-1999)

Du côté de la Sarthe, l’équipe du Mans s’était régalé à voir le talent d’un ancien meneur de la NBA : Keith Jennings et ses 1m70. L’américain a imprimé sa patte sur les parquets bleus blancs rouges. Précisions.

Keith Jennings figure parmi les nombreux basketteurs américains à avoir flamber dans le championnat de France de première division (Pro A). Après 164 matchs joués au Golden State Warriors, il quitte l’Amérique pour vivre sa deuxième expérience à l’étranger. L’ancien meneur de la fac East Tennessee (15,7 points, 3,9 rebonds, 7,7 passes et 2,6 interceptions en 127 matchs NCAA) pose ses baskets à l’Estudiantes Madrid après avoir connu l’Allemagne (Hagen en Bundesliga, ville de la région de la Ruhr à 15 km au Sud de Dortmund) et un tour en WSBL aux hooters de Jacksonville (une ligue pro américaine d’été).

KEITH JENNINGS : SOUVENIRS DU MANS

Après une saison en Espagne, non-drafté malgré ses bonnes performances en fac, Jennings tente de se faire une place en NBA à nouveau. Mais à Denver, c’est une saison blanche qu’il vit : blessure au genou gauche en pré-saison.  Il ne percera pas dans la Grand Ligue nord-américaine. Le Mans Sarthe Basket saisira l’opportunité de recruter le “playmaker” d’1m70 qui revêt les couleurs violettes et oranges de ce club renommée MSB.

Dans cette ville du département 72, le “ricain” qui a grandi à Culpeper (Etat de Virginie) fut un véritable poison dans les défenses adverses. C’est une sorte de renaissance après avoir vécu une saison blanche pour le nouveau porteur du numéro 7 du MSB.

Adopté par le public d’Antares, lors de la saison 1997-1998, sous les ordres de Alain Weisz, Jennings tourna à 16,3 points, 2 rebonds, 6 passes et 2,3 interceptions en 30 matchs. Il se montre efficace en attaque (55,1 % aux tirs, 47% à trois points et 85.4% aux lancers-francs). Jennings étincelle au Pays de la Loire. 

Cette saison-là, le meneur réussi un match grandiose face au PSG Racing pour le compte de la 20ème journée du championnat, faisant part de sa vitesse : 23 pions à 8/8 aux tirs dont 5 tirs à longue distance, 7 rebonds, 8 passes, 3 interceptions et aucune perte de ballons. Pas loin d’enregistrer un triple-double, Jennings obtenait 41 d’évaluation. 

KEITH JENNINGS, MVP ETRANGER 1998-1999

Avec Jennings pour la bonne gestion des systèmes, Le Mans réussit à finir dans le Top 8 du championnat, septième avec 18 victoires et 12 défaites. Une position qui leur permet de se qualifier pour les playoffs. Face à Pau, Le Mans finit sa saison contre l’équipe béarnaise par une élimination au premier tour, en quart. Défaite sévère 87 à 55 en match d’appui (2-1 pour Pau).

Surnommé le “Mister”, il rempile une année dans la ville connu pour ses rillettes, ses pommes “reinettes” et ses vins, sa deuxième saison chez les Sarthois était fantastique : 19,4 points, 3,3 rebonds, 6,7 passes et 2,1 interceptions en 30 rencontres, toujours avec une adresse au top aux tirs (55.2% aux tirs, 45.8% à trois points, 89.8% aux lancers-francs). Il sera élu MVP étranger de la saison 1998-1999 succédant à Jerry McCullogh (Gravelines).

Le 17 avril 1999, il bat son record de points, claquant 33 unités contre l’Asvel Villeurbanne. En mars 1999, Jennings avait déjà cartonné avec 31 pions contre Toulouse.

Jennings réussit à emmener ses partenaires en playoffs encore : septième place au classement de la saison régulière : 19 victoires, 11 défaites. Les Manceaux créent la sensation en battant le troisième de Pro A : Cholet. En demi-finale, Villeurbanne les stoppe en gagnant deux manches à 0. Son aventure au Mans se finit en 1999 et il poursuit son “trip” en Europe (Real Madrid, Fenerbahçe…). Il revient dans l’hexagone et termine entre 2000 et 2004 où il porte les couleurs rouges et blanches de Strasbourg et de Nancy.

Le 11 octobre 2013, pour l’occasion des 20 ans du MSB, Keith Jennings a été l’invité d’honneur pour le match Mans-Gravelines. Son maillot est accroché au plafond d’Antarès.

Le MSB, sur son compte Dailymotion, a rendu un bel hommage à Keith Jennings pour ses deux belles saisons dans la Sarthe via une vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *