Playoffs 2001 : les Bucks égalisent à 1-1 face aux Sixers, Ray Allen brille avec 38 points (finale Est – match 2)

Avoir un des meilleurs shooteurs à 3-points dans son équipe, ça aide. Surtout quand on aborde un match de finale de conférence Est. Les Bucks ne s’est pas privé de son atout offensif qui bombarde à longue distance. Grâce au formidable travail de Ray Allen, Milwaukee avait le sourire à la fin du match 2.

Le 24 mai 2001, les Milwaukee Bucks égalisaient à une manche partout face aux Philadelphie Sixers dans cette finale. Ils gagnaient sur le parquet de Philly au First Union Center de 14 points : 92 à 78. Ray Allen a été prodigieux lors de cette rencontre qu’il termine avec 38 points à 15/24 aux tirs dont 7/11 à 3-points. Il ajoute 6 rebonds et 6 passes à sa ligne de stats en 43 minutes de jeu passés.

Autour de lui, Glenn Robinson et Sam Cassell l’ont bien accompagné. “Big Dog” finit avec 16 points, 4 rebonds et 2 contres. “Le chinois” aligne 14 points, 6 rebonds et 11 passes. Au match 1, “Ray-Ray” s’était déjà montré à son aise aux tirs, lâchant 31 points à 12/22 aux shoots dont 4/6 à 3-points.”Je rentrais shoots après shoots, Sam (Cassell) me trouvait et j’ai dit, ‘Continuons à faire cela,” commentait le sniper des Bucks après la rencontre. (archive.nba.com)

Ray Allen était alors le troisième joueur NBA en playoffs à terminer une rencontre avec au moins 35 points, 5 paniers à 3-points, 5 rebonds et 5 passes après Terry Porter en 1995 et Vince Carter en 2001 aussi (match 3 contre les Sixers en demi).

Contrairement aux Bucks (50,1 % de réussite aux tirs), les Sixers ont complètement manqué d’adresse dans cette deuxième manche à l’image d’Allen Iverson, bien embêté par Ray Allen en défense. “The Answer” a fini à 5/26 dont 0/8 à 3-points pour un total de 16 points plus 9 passes. Le plus petit nombre de points marqués par Iverson était de 13 à ce moment de sa carrière en playoffs. Seul Dikembe Mutombo (18 points et 20 rebonds) et Aaron Mckie (21 points, 7 rebonds) ont rentré des points pour Philadelphie pour compenser la maladresse de leur arrière titulaire.

Les Bucks ont dominé les Sixers dans le premier quart-temps les limitant à 16 points quand eux en inscrivant 32. Dans ces 12 premières minutes de la rencontre, Ray Allen donnait 10 points d’avance grâce à un 3-point à 4:48 de la fin de ce premier quart. C’est sur un autre panier longue distance, le troisième de la partie, qu’il gonflait l’écart à 15 unités à 1:07.

Cette finale de conférence Est s’est achevée sur la victoire au match 7 des Sixers grâce au carton d’Allen Iverson : 44 points. Milwaukee avait égalisé à 3-3 au match 6. Ray Allen avait été étincelant finissant avec 41 points à 9/13 à 3-points.“Sugar Ray” termine cette finale avec des moyennes de 27,1 points, 3,3 rebonds, 5,4 passes et 28/55 à 3-points (soit 50,9 % de réussite).

Le résumé du match 2 Bucks – Sixers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *