Les Fighting Irish de Notre-Dame et Ruth Riley brandissent le trophée NCAA en 2001

Grâce à une étincelante Ruth Riley, les Fighting Irish de Notre-Dame soulevaient son premier titre NCAA de son histoire en battant les Boilermakers de Purdue. La pivot reçoit par la même occasion le titre de Most Outstanding Player du Final Four.

Sur la ligne des lancers-francs, elle réussit un 2/2 sur le parquet de la Savvis Center à Saint-Louis, salle dans laquelle sont réunis 20 551 spectateurs. Elle inscrit à cet instant ses 27ème et 28ème points dans cette finale du championnat NCAA opposant son équipe de Notre Dame à celle de Purdue. Elle, c’est Ruth Riley qui grâce à ses deux lancers réussis de suite a permis aux Fighting Irish de prendre deux points d’avance : 68-66. Avec 5,8 secondes à jouer avant la fin du match, Purdue, sur sa dernière possession ne réussira pas à égaliser ou passer devant. Fin du match. Grande première pour l’université de Notre-Dame qui remporta le championnat NCAA grâce à sa victoire 68 à 66. Son meilleur résultat dans un tournoi NCAA avant ce triomphe était une demi-finale nationale disputée 4 ans auparavant en 1997, match qu’elle avait perdu face à Tennessee : 80-66.

Notre-Dame a tiré un grand coup de chapeau à Ruth Riley, sa pivot rayonnante réussissant son 10ème double-double lors de cette saison 2000-2001 en alignant 28 points (9/13 aux tirs et 10/14 aux lancers-francs), 13 rebonds et 7 contres en 35 minutes. La native du Kansas avait flirté avec le double-double en demi-finale nationale contre les Huskies de Connecticut de Diana Taurasi (18 points, 9 rebonds). Meilleure scoreuse et rebondeuse de cette finale, la pivot américaine est élue Most Outstanding Player (meilleure joueuse) et nommée dans l’équipe type du Final Four 2001. La joueuse senior concluait de la plus belle des manières son parcours universitaire avant d’entamer sa carrière professionnelle qui l’emmènera vers la WNBA et l’Europe. Associated Press la nomma aussi joueuse de l’année 2001.

A la fin du match, fière du travail accompli cette année, Ruth Riley était submergé par l’émotion incontestablement : « Je ne peux pas décrire cela. C’est la seule chose que je voulais (le titre). Pouvoir partager ça avec mes partenaires est incroyable. Nous avons travaillé si dur que c’est normal de finir la saison de cette manière. Tous ces lancers-francs que j’ai rentré après l’entraînement ont payé ». (fs.ncaa.org).

Arrivée à Notre Dame en 1997, Riley achevait ses 4 fantastiques années universitaires en compilant de très jolies moyennes : 18,7 points (63,2 % aux tirs, 76,8 % aux lancers-francs), et 7,8 rebonds en 131 matchs. Diplômée en psychologie, elle inscrira 2072 points au total (dont 41 points contre Providence le 30 janvier 1998, son meilleur total en un match), prit 1007 rebonds (record de fac, dont 18 face à Duke le 21 novembre 1998 = record en un match ), et contra 370 tirs (8, son meilleur total contre Duke le même jour que son record de rebonds en un match).

“C’est définitivement l’euphorie. C’est le plus grand moment de notre histoire de basketball à Notre-Dame. Je ne sais pas quand j’ai été aussi excité. Que pouvez-vous dire au sujet de Ruth Riley? Quel moment décisif sur la ligne de lancers-francs, et rentrer ces deux lancers”, confiait Ann Muffet Mcgraw, le coach de Notre-Dame (source : und.com)
NOTRE-DAME EFFACA SON RETARD

Du coté des Boilermakers, on a reconnu la forte domination de Riley : « Elle a été énorme à l’intérieur. Nous savions que ce serait un combat dans la raquette. J’aurai aimé que nous soyons capables d’élever un peu plus notre niveau de jeu. On doit rendre hommage à Ruth qui a très bien joué ». (Camille Cooper, interieur de Purdue, articles.baltimoresun.com). « Riley a réalisé un grand match. SI elle ne contrait pas les shoots, elle changeait son tir. Elle a pris beaucoup de rebonds. C’était sa soirée » (Katie Douglas, arrière de Purdue, auteur de 18 points et 5 passes)

Pourtant, les joueuses de Purdue avaient pris les rênes de la rencontre dans cette finale en menant de 6 points : 32-26 à la mi-temps en leur faveur. Encaissant un 8-0 en presque trois minutes 34-32, Purdue retrouvait de l’allant par la suite (42-37 après 5:18 de jeu en deuxième mi-temps, 49-41 après 7:30). Puis Notre Dame reviendra à hauteur de ses adversaires : 55-55.

La fin de match Notre-Dame – Purdue en 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *