Les Hawks de Saint-Louis champions NBA en 1958 : Bob Pettit a été immense au match 6

Les Hawks de Saint-Louis devenaient une des nouvelles franchises à remporter le trophée NBA. En 1958, le champion de la conférence Ouest prit sa revanche en battant les Celtics. Bob Pettit a hissé ses partenaires vers les sommets grâce à un double-double sensationnel.

La finale NBA en 1958 opposait à nouveau les Hawks de Saint-Louis aux Boston Celtics. La franchise du Massachusetts avait remporté la finale de 1957 4 victoires à 3 au terme d’un match 7 exceptionnel (succès des Celtics après 2 prolongations 125 à 123).

Menant 3-2 à la suite d’une victoire capital au match 5 (102 à 100) au Boston Garden le 9 avril 1958, les faucons se concentraient sur cette sixième manche qui a été tout aussi serré. Le 12 avril 1958, devant son public, au Kiel Auditorium et ses 10 216 spectateurs, Bob Pettit a été grandiose sur ce parquet qu’il connait si bien. Sans doute, il jouait un de ses meilleurs matchs de sa carrière lors de sa quatrième saison dans la Grande Ligue. Le pivot réalisa un bien meilleur match en terme d’adresse contrairement à ce match 5 bien qu’il avait réussit un gros double-double (33 points à 7/21 aux tirs et 21 rebonds captés).

Tournant à 24,6 points et 17,6 rebonds lors de la saison régulière 1957-1958, le pivot passé par la fac de LSU cumule 50 points (19/34 aux tirs) et 19 rebonds en 42 minutes dans ce match 6. Son équipe évitait de jouer un match 7 et remportait cette quatrième victoire dans cette série sur la plus petite des marges 110 à 109, synonyme de titre NBA, le premier dans l’histoire de la franchise des faucons. Saint-Louis tenait sa revanche après la déconvenue de 1957.

BOB PETTIT ASSURE DANS LE QUATRIEME QUART : 19 POINTS

Après la fin du troisième quart-temps de ce sixième acte, Pettit avait déjà marqué 31 points. Dans le quatrième, “Big Blue” continuait de perforer la défense des Celtics qui a compté sur un Bill Russell diminué (blessure à la cheville). Pettit est grand dans ce match et signe 19 des 21 derniers points marqués par son équipe. Il rentre son dernier panier du match à 15 secondes du coup de sifflet final sur une claquette qui a permis à Saint-Louis de mener de 3 points : 110-107.

Bill Sharman (26 points, 7 rebonds) marquera le dernier panier de ce match 6 pour ramener les Celtics à -1 (110-109). Insuffisant pour inverser la tendance. Sur la dernière possession des hawks, Slater Martin dribblera jusqu’à que la sirène retentisse. La pression redescend tout d’un coup, l’heure est à la fête.

A la fin de la rencontre, les supporters des Hawks envahissaient le terrain pour fêter cette première couronne. Pettit était porté en triomphe par ses partenaires qui effaçaient un peu de leur mémoire cette défaite cruelle en 1957. Le coach et ancien joueur des Hawks Alex Hammum ne masquait pas sa joie après cette magnifique victoire et rendait hommages à ses joueurs qu’il coache depuis cette saison 1957-1958 : “C’est la plus grosse sensation forte de ma vie. Je ne peux dire combien je suis reconnaissant d’étré lié à ses merveilleux gars”. (source : stltoday.com)

L’homme du match, Bob Pettit, très éreintée après son match ahurissant, fit preuve de modeste et a mis en avant le collectif : “ce n’était pas moi mais l’équipe. Je suis si content d’être avec ce groupe”. A cette époque, on ne décernait pas encore le titre de MVP des Finales (il faudra attendra 1969). Mais Bob Pettit l’aurait bien mérité grâce à ses 29 points et 17,2 rebonds de moyenne sur les 6 matchs disputés lors de ces finales.

Il devient alors à ce moment de l’histoire le meilleur marqueur en un match des finales NBA avec ses 50 points. 12 ans plus tard, Elgin Baylor battra ce record en inscrivant 61 points en 1962.

Depuis les premières finales NBA en 1946, les Hawks de Saint-Louis devenaient la septième franchise à remporter le championnat NBA et inscrire son nom parmi les différents vainqueurs des finales après les Philadelphie Warriors, les Baltimore Bullets, les Minneapolis Lakers, les Rochester Royals, les Syracuse Nationals, et les Boston Celtics.

Les images du match 6 Hawks-Celtics

(c) photo une : nba.com

3 pensées sur “Les Hawks de Saint-Louis champions NBA en 1958 : Bob Pettit a été immense au match 6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *