Houston Rockets, les 15 victoires consécutives lors de la saison 1993-1994

Avant de soulever leur première titre en 1994 depuis leur existence en 1967, les Houston Rockets ont débuté la saison 1993-1994 de la plus belle des manières : 15 wins en 15 matchs joués. Un décollage impressionnant. 

Le 22 mai 1993, Houston repartait déçu de Seattle avec une défaite dur dur à accepter. Les Rockets étaient à deux doigts d’éliminer les Sonics en demi-finale à l’Ouest. Ils perdaient le match 7 décisif après prolongation 103 à 100, mettant fin à leur saison. Difficile à avaler, il a fallu pour le coach Rudy Tomjanovich et son groupe repartir de l’avant pour faire beaucoup mieux qu’une demi-finale de conférence.

Pour cela, seul le travail bien fait pouvait leur permettre d’avancer. Les Houston Rockets avaient alors impressionné en débutant la saison 93-94 avec une série de 15 victoires ramassées entre le 5 novembre 1993 et le 2 décembre 1993. En pratiquement un mois de compétition, la franchise texane dirigée par Rudy T a remporté ses 15 matchs en encaissant moins de 100 points sur cette série (89 points encaissés pour 98,3 points inscrits).

Après leur 15ème succès obtenu cette saison-là face aux Knicks au Madison Square Garden 94-85, les Rockets égalaient le record de victoires consécutives des Washington Capitols en 1948-1949, sur les meilleurs départs en saison régulière. La saison précédente, sur les 15 premiers matchs en 1992-1993, les Rockets avaient un bilan de 9 victoires et 6 défaites.

HAKEEM OLAJUWON AU FOUR ET AU MOULIN

Symbole de la défense et de la réussite tonitruante de Houston, Hakeem Olajuwon a été dominateur dans la peinture remplissant les cases statistiques lors de cet excellent début de saison. (Ndlr : pts=points ; rdbs=rebonds ; pds=passes décisives; int=interceptions; ctr=contres).

  • 5 novembre 1993 vs Nets (110-88) : 24 pts, 19 rdbs, 5 pds, 5 int, 5 ctr
  • 7 novembre 1993 vs Blazers (106-92) : 29 pts, 12 rdbs, 7 pds, 1 ctr
  • 9 novembre 1993 vs Warriors (102-93) : 32 pts, 11 rdbs, 3 pds, 4 ctr
  • 11 novembre 1993 vs Wolves (107-99) : 36 pts, 17 rdbs, 3 pds, 3 int, 6 ctr
  • 13 novembre 1993 vs Suns (99-95) : 24 pts, 16 rdbs, 4 pds, 1 int, 4 ctr
  • 15 novembre 1993 vs Sixers (88-84) : 21 pts, 5 rdbs, 3 pds, 3 int, 1 ctr
  • 16 novembre 1993 vs Nets (90-84) : 20 pts, 19 rdbs, 3 pds, 6 ctr
  • 18 novembre 1993 vs Pacers (99-83) : 19 pts, 10 rdbs, 1 pds, 2 int, 5 ctr
  • 20 novembre 1993 vs Clippers (108-86) : 22 pts, 12 rdbs, 2 pds, 3 int, 2 ctr
  • 23 novembre 1993 vs Bulls (100-93) : 28 pts, 11 rdbs, 3 pds, 1 int, 6 ctr
  • 24 novembre 1993 vs Jazz (95-93) : 29 pts, 17 rdbs, 2 pds, 3 int, 7 ctr
  • 26 novembre 1993 vs Kings (92-89) : 36 pts, 13 rdbs, 2 ctr
  • 27 novembre 1993 vs Clippers (82-80) : 15 pts, 15 rdbs, 3 pds, 2 int, 4 ctr
  • 30 novembre 1993 vs Bucks (102-91) : 20 pts, 12 rdbs, 6 pds, 2 int, 5 ctr
  • 2 décembre 1993 vs Knicks (94-85) : 37 pts, 13 rdbs, 5 pds, 2 int, 3 ctr

Sur ces 15 matchs, “The Dream” tournait à 26,1 points, 13,5 rebonds, 3,3 passes, 1,8 interception, 4,1 contres.

La première défaite a eu lieu le 3 décembre 1993. Les Hawks d’Atlanta ont été les premiers à faire tomber les Rockets, une défaite de 22 unités 133 à 111. Après ce premier revers, les Rockets ont ré-attaqué en enchaînant une nouvelle succession de victoires : 7, portant leur bilan à 22-1.

Le pivot et natif de Lagos au Nigéria affirmait que son équipe n’avait pas d’autres choix de mettre à nouveau les mains dans le cambouis et de repartir de zéro pour aller plus loin en playoffs tout en devant vivre avec cette défaite cruelle face aux Sonics : “En revenant de Seattle, vous avez pu voir la déception de tous les joueurs et des entraîneurs. Dans l’avion, c’était si calme au retour. Je pense que cela s’est poursuivi cet été-là. En revenant pour la pré-saison au camp d’entraînement, il y avait un goût amer. Vous avez pu voir cette détermination de tous les joueurs pour cette saison (93-94). Nous ne savions pas que nous serions à 15-0, mais compte tenu de la déception de l’année précédente, ce que nous n’avions pas encore accompli l’année précédente, nous savions que nous devrions aller plus loin. C’est ce que nous avons ressenti au camp d’entraînement. Je sais qu’en été, lorsque je m’entraînais, je me sentais très concentré, sachant que nous avions perdu un match que nous aurions dû gagner pour aller jusqu’au bout.” (source  Houston Chronicle).

“Quand notre série s’est portée à 11 ou 12, nous avons vraiment commencé à y penser. C’était difficile. Quand nous sommes arrivés à 13, nous nous sommes réveillés et avons commencé à réaliser à quel point nous jouions bien. Notre série s’est terminée quand nous avons été battu par Atlanta. Ils n’étaient pas si bons. Nous avions commencé à nous inquiéter de la série”, confiait Kenny Smith pour Espn.
Le meneur de titulaire des “fusées” de Houston rappelait l’importance de parler avec ses équipiers, de son rôle de leader en dehors des parquets durant cette saison fantastique : “J’étais le communicant pour tout. J’étais celui qui allait parler à Vernon ou à Hakeem ou à toute autre personne qui aurait eu un problème et qui essaierait de le résoudre. J’étais aussi ce mec qui se mettait en avant.”

Après ces 15 victoires de suite, Houston Rockets prouva qu’elle était la deuxième meilleure équipe de l’Ouest avec un bilan de 58 victoires et 24 défaites. Seattle avec son tandem Gary Payton et Shawn Kemp, assuraient avec 63 victoires pour 19 défaites. Les Supersonics avaient remporté leurs 10 premiers matchs de la saison.

Contrairement aux playoffs 1993, Houston ne croisera pas en 1994 en post-season les Sonics, battus au premier tour 3-2 par Denver. Les Rockets remporteront 15 matchs en playoffs, synonyme de victoire finale. Houston battait les Knicks au Game 7 à la maison au Summit : 90-84. Déjà élu meilleur défenseur de la saison 1993-1994, Hakeem Olajuwon a été élu MVP des NBA Finals.

Superstition, hasard, le nombre 15 a porté chance aux Houston Rockets soulevant le premier titre de son histoire le 22 juin 1994, 27 ans après ses débuts dans la Grande Ligue.

La NBA a publié une vidéo sur cette série de 15 victoires en playoffs

(c) photo Une : Nathaniel S. Butler/NBAE/Getty Images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *