Steve Nash, double MVP de la saison (2005 et 2006)

En jouant 744 matchs sous le maillot de Phoenix en 10 saisons (1996-1998; 2004-2012), Steve Nash a reçu deux fois de suite le titre de MVP de la saison après son retour au sein de la franchise de l’Arizona : 2005 et 2006. Précisions et infographie.

Après quatre ans passés à l’université de Santa Clara où il a excellé (14,9 points ; 3,1 rebonds et 4,5 passes de moyenne pendant ses 4 ans), Steve Nash a été sélectionné en quinzième position de la Draft 1996 par Phoenix. Deux ans après son arrivée dans l’Arizona, Steve Nash prit la décision de rejoindre le Texas et les Dallas Mavericks où il a évolué pendant six ans (1998-2004). Dès la saison 2004-2005, le meneur canadien effectua son retour à Phoenix après avoir été en fin de contrat avec les Mavs en juillet 2004. Avec les Suns, il paraphait un contrat de 5 ans et 65 millions de dollars à la clé.

SAISON 2004-2005

A son retour, il éclaire le jeu de Phoenix auprès de ses coéquipiers qui composent le 5 majeur arizonien : Amare Stoudemire, Quentin Richardson, Shawn Marion et Joe Johnson. En partie grâce à sa belle lecture et vision du jeu qui caractérisent son ADN basket, Phoenix passa de bonnet d’âne à la meilleure équipe NBA en un an : de 29 victoires (en 82 matchs en 2003-2004) à 62 victoires (82 rencontres en 2004-2005). Des succès acquis en étant la meilleure attaque de la ligue (110,4 pts/match).

Cette saison-là, Steve Nash voit ses efforts fournis sur les parquets récompenser avec au bout le titre de MVP de la saison régulière. Premier Canadien et troisième meneur de l’histoire de la NBA à décrocher cette distinction, il a amplement mérité cette récompense grâce à ses 15,5 points (troisième plus faible total au scoring pour le lauréat de ce trophée) à 50,2 % aux shoots ; 43,1 % à 3 pts et 11,5 passes par match. Lors des playoffs 2005, en 15 matchs, il se montre monstrueux au scoring et à la passe : 23,9 points et 11,3 passes par rencontre. Éblouissant comme le soleil de Phoenix.

Il devance au classement pour le MVP Shaquille O’Neal avec 1066 points contre 1032 pour le pivot américain de Miami. 125 journalistes sportifs américains et canadiens accordaient un nombre de points pour le choix du MVP : 10 pour le joueur choisi à la première place, 7 pour la deuxième, 5 pour la troisième, 3 pour la quatrième et 1 pour la cinquième. 65 ont été attribués à Nash pour la première place et 58 à O’Neal. Tim Duncan, finit troisième du vote loin derrière avec 349 points.

Auteur de 49 double-doubles en 79 matchs, le 30 mars 2005, le meneur canadien réalise un triple-double avec 12 points, 13 rebonds et 12 passes contre Philadelphie lors de la victoire facile 116-87 à l’America West Arena. En attaque, il dépasse la barre des 30 points et plus à deux reprises : 33 points et 17 passes contre Sacramento le 8 février 2005, et 30 points, 9 passes contre New Jersey, le 23 janvier 2005.

Il devient le quatrième joueur NBA à être le meilleur passeur de la ligue qui remporte le titre de MVP après Bob Cousy, Oscar Robertson et Magic Johnson. Après Charles Barkley, Nash est le second joueur de Phoenix à obtenir cette distinction individuelle.

SAISON 2005-2006

La saison suivante (2005-2006), il conserve son titre de MVP en plus d’être à nouveau le meilleur passeur du championnat NBA, augmentant sa moyenne de points par la même occasion : 18,8 points et 10,5 passes décisives. Au classement des votes pour ce trophée de MVP, Steve Nash devance loin devant Lebron James avec 924 points contre 688 pour l’ailier de Cleveland. Dirk Nowitzki complète le podium avec 544 points.

Celui qu’on surnomme « Nashty » ou « Captain Canada » fait partie des dix joueurs à avoir gagné deux fois consécutivement ce trophée individuel (Magic Johnson, Michael Jordan, Bill Russell, Wilt Chamberlain, Kareem-Abdul Jabbar, Moses Malone, Larry Bird, Tim Duncan et Lebron James). ll est surtout le deuxième meneur de la NBA à obtenir deux fois cette récompense comme Magic avec les Lakers.

Il devient le quatrième joueur après Larry Bird, Reggie Miller et Mark Price à shooter à au moins 50 % aux tirs, 40 % à 3-points et 90 % sur la ligne des lancers-francs (51,2 % aux tirs, 43,9 % à 3-points et 92,1 % aux lancers-francs).

MATCH A 22 PASSES

Cette saison-là, plus d’un an après son retour aux Suns, Nash bat son record de passes en carrière le 2 janvier 2006. Ce soir-là, au Madison Square Garden, face aux New York Knicks de Stephon Marbury, Nash avait offert 22 caviars, bien loin d’égaler les 30 passes de Scott Skiles. Malheureusement, son équipe perdra au terme d’un match épique qui s’est ponctuée par la victoire des Knicks sur le score de 140 à 133 après trois prolongations et les 32 points de Marbury.

En 55 minutes de jeu, en tant que meneur titulaire, Steve Nash a ajouté à ses 22 passes 28 points malgré un pourcentage décevant (10/25 aux tirs dont 3/13 aux lancers-francs et 5/6 aux lancers-francs). Il prendra aussi 5 rebonds. Il égale le record de passes d’André Miller qui jouait cette époque à Cleveland. Il signe la deuxième meilleure performance en passes dans l’histoire des Suns derrière les 25 caviars de Kevin Johnson. Il sera auteur de matchs à 15 passes et plus et de 43 double-doubles en 79 matchs.

C’est le seul match de cette saison 2005-2006 que le meneur canadien conclut avec plus de 20 passes. Cette année, il paracheva 9 matchs entre 15 et 19 passes puis 35 entre 10 et 14 passes. Nash deviendra le meilleur passeur de cette saison avec 10,5 passes par match devant Baron Davis (8,9) et Brevin Knight (8,8).

Il conclut 12 matchs à 15 passes et plus (voir infographie). Contre les Portland Trail Blazers, il réussit un nouveau triple-double le 19 avril 2006 : 16 points, 10 rebonds et 12 passes.

En 2006-2007, il n’est pas loin de devenir MVP pour la troisième année successive mais un certain Dirk Nowitzki lui passe devant et recevra ce trophée. Nash, finissant deuxième, conserve cependant le titre de meilleur « caviardiseur » de la NBA avec 11,5 passes ajoutées à ses 18,6 points par match.

 Infographie Steve Nash, double MVP en 2005 et 2006

Une pensée sur “Steve Nash, double MVP de la saison (2005 et 2006)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *