Ron Harper flambe aux Miami Redhawks : une belle évolution en 4 ans (1982-1986)

Ron Harper s’est révélé dès son arrivée à l’université de Miami en 1982. Cet arrière-meneur a mis en avant son côté très spectaculaire jusqu’en 1986, année de son départ pour la NBA. Focus sur son parcours universitaire.

Il a subjugué la ville de Miami non pas en portant le maillot du Heat mais celui des Redhawks. « Faucon rouge », c’est ainsi le surnom donné aux joueurs de cette équipe universitaire situé dans l’Ohio (à ne pas confondre avec la célèbre commune de Floride). C’est au sein de cette faculté estampillée NCAA que s’est surpassée et qu’a transpiré Ron Harper.

Né à Dayton dans l’Ohio, il y pose ses pieds en 1982 pour effectuer son cursus post high-school. D’ailleurs, au lycée, il a laissé une belle empreinte à Kiser, toujours dans l’Ohio : des stats de rêves et bien complètes (20,5 points, 13,4 rebonds, 5 passes, 5 interceptions et 6 contres). Harper faisait partie alors des 50 meilleurs lycéens potentiels et susceptibles de séduire amplement les universités NCAA.

Sous les ordres du coach Darrell Hedric à Miami, Ron Harper, en tant que freshman (1982-1983), se démarque de l’effectif en terminant deuxième meilleur marqueur, premier rebondeur et passeur de sa fac comme en témoignent ses stats en 28 matchs : 12,8 points (49,7 % aux tirs), 7 rebonds, 2,2 passes et 2,2 interceptions. En revanche, le bilan de Miami est légèrement négatif avec 13 victoires et 15 défaites.

La saison suivante (1983-1984), Harper fournit de beaux efforts. Ses stats sont en hausse pour le sophomore : 16,3 points (53,7 % aux tirs), 7,6 rebonds, 2,1 passes et 1,4 interception en 30 matchs. La saison de Miami est sublime 24 victoires empochées et seulement 6 défaites. Les Redhawks glanent le titre de MAC (Mid-American Conference, division dans laquelle évolue Miami) après un succès en finale contre Kent State sur un score rikiki de 42-40 le 10 mars 1984.

Six jours plus tard, les Redhawks voient leur saison s’arrêter au premier tour de la March Madness 1984 : défaite contre Southern Methodist, la fac de Jon Koncak, sur le score de 83-69 (double-double de Harper avec 20 points, 10 rebonds et 4 passes).

LE DOUBLE-DOUBLE GÉANT DE RON HARPER

Pour la saison 1984-1985, Miami accueille un nouveau coach de Miami. Jerry Peirson succède à Darrell Hedric. Le travail de Ron Harper paie encore. Lors de son année junior, il finit avec un sacré double-double de moyenne sur la saison : 24,9 points, 10,7 rebonds, 2,5 passes, 2,6 interceptions et 1,5 contre en 31 matchs. Les Redhawks possèdent un somptueux meneur d’1m98 de ce standing qui les guide au succès.

Avec de telles moyennes en 31 matchs joués (20 succès et 11 revers), Harper est logiquement élu MAC Player of the Year. Son équipe perdra une 11èmefois cette saison au premier tour de la March Madness 1985. Cette fois-ci, les Redhawks n’étaient pas loin de gagner en s’inclinant sur la plus petite des marges après prolongation face au Maryland de Len Bias le 15 mars 1985 : : 69-68. Harper avait assuré avec 26 points, 8 rebonds et 3 passes.

Les 24,9 points en junior de Ron Harper représentent la deuxième meilleure moyenne dans l’histoire des Redhawks après les 26,8 de Fred Foster en 67-68. Pour sa troisième année, à 23 ans, il conclut un match le 6 mars 1985 avec double-double monumental : 45 points (record dans l’histoire des Redhawks) et 18 rebonds. C’était lors du tournoi MAC en demi-finale face à Ball State. Lors de la victoire 91-70.  Harper inscrit la moitié des points.

RON HARPER : UN TRIPLE-DOUBLE MONUMENTAL EN SENIOR

Suite à ses bonnes prestations, les médias ne manquent pas de comparer Ron Harper à Julius Erving pour ses similitudes dans le jeu. D’ailleurs, le meneur ne nie pas cette comparaison et en parlait ouvertement pour Sports Illustrated «  Je suis un joueur type Erving. Quand le match commence, je veux le ballon dans mes mains. C’est mon année senior. Et je vais essayer de davantage contrôler le match ».

Avant le début de la saison 1985-1986, celle en senior, le meneur inscrit le mot « défense sur une de ses chaussures et « dunk » sur l’autre. La raison ? Ce sont les choses que je sais faire le mieux », confia Harper. Le moindre que l’on puisse dire, c’est que Ron n’ « Harper » de rien. Et donc même pas de claquer d’énormes dunks ultra spectaculaires. Depuis son arrivée en NCAA, les fans de Miami ont découvert alors un Harper athlétique avec son physique filiforme.

Le meneur profita de la blessure au genou gauche d’Eddie Schilling survenu le 21 décembre 1985 lors du match Miami-Dayton. Il devient alors le poste 1 titulaire, lui qui avait l’habitude de jouer arrière. Son coach confirmait que le changement de poste de Harper a eu des conséquences positives pour l’équipe : « Nous avons donné à Ron beaucoup de libertés. Il offre des paniers ouverts pour les autres joueurs. C’est le type de joueur qui est partout sur le terrain. Aucune raison de se relâcher, Harper maintient sa bonne et due forme en réitérant pratiquement la même saison qu’en junior (1985-1986). Il aligne 24,4 points, 11,7 rebonds, 4,3 passes, 3,3 interceptions et 2,3 contres en 31 matchs (24 victoires, 7 défaites).

Durant cette saison, il signe un triple-double phénoménale face à Ball State devenant le premier joueur de la conférence MAC à réaliser pareile performance : 38 points, 19 rebonds et 12 passes.

Une fois de plus, ses coéquipiers échouaient de peu en ne franchissant pas le premier tour de la March Madness : défaite en prolongation face à Iowa State : 81-79 (17 points, 12 rebonds de Harper. Cette septième défaite de la saison de Miami marquait la fin de la carrière universitaire de Ron Harper.

Durant cette saison, il affiche un triple-double gargantuesque face à Ball State devenant le premier joueur de la conférence MAC à réaliser une telle prestation : 38 points, 19 rebonds et 12 passes. Une fois de plus, ses coéquipiers échouent de peu et ne passent pas le premier tour de la March Madness. Bis repetita donc, défaite en prolongation face à Iowa State : 81-79 avec 17 points, 12 rebonds de Harper. Cette septième défaite de la saison de Miami sonne la fin de l’aventure universitaire pour Harper.

TOP JOUEUR ENCENSE A MIAMI

En 4 saisons, Ron Harper a gravé son nom dans cette face. En 120 matchs universitaires, ses stats globales sont remarquables : 19,8 points (53,4 % aux tirs, et 64,2 % aux lancers-francs), 9,3 rebonds, 2,8 passes, 2,4 interceptions et 1,5 contre. Il bat par la même occasion des records devenant ainsi le premier joueur de la MAC à scorer au moins 2000 points et prenant minimum 1000 rebonds (2 377 points, 1119 rebonds)

Il détient le record de matchs joués dans le 5 majeur (118), et est celui qui a joué le plus de minutes à Miami en carrière (4164), qui a le plus shooté (969), fait le plus de contres (173), intercepté le plus grand nombre de ballons en un match (7).

Son maillot floqué du numéro 34 est retiré en son honneur, le premier dans l’histoire de Miami University. Il est élu deux fois de suite en 85 et 86 MAC Player of the Year. Il est nommé en 1986 dans la deuxième meilleure équipe par US Basketball Writers Association, Associated Press, United Press International et National Association of Basketball Coaches.

A l’issue de sa formation en fac, Ron Harper est drafté en 1986 par les Cleveland Cavaliers en 8ème position au premier tour. Il poursuivra sa carrière NBA aux Clippers (1989-1994), aux Bulls (1994-1999 : 3 titres NBA successifs 96,97 et 98), puis aux Lakers (1999-2001 : 2 titres de suite en 2000 et 2001).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *