Près du triple-double de moyenne, Oscar Robertson élu Rookie Of The Year en 1960-1961

Meilleur joueur de sa génération incontestablement, Oscar Robertson a été élu fort logiquement Rookie of the Year de la saison 1960-1961. Avec les Cincinnati Royals, il a frôlé le triple-double de moyenne.

Premier choix de la draft 1960, “Big O” a clairement réussi son examen d’entrée en NBA qui comptait à cette époque-là que 8 franchises. En 71 matchs joués lors de la saison 1960-1961, le meilleur meneur de cette ligue US de cet exercice tourna à 30,1 points (47,3 % aux tirs, et 82,2 % aux lancers-francs), 10,5 rebonds et 9,7 passes de moyenne au sein des Cincinnati Royals. Grâce à ses multiples triple-doubles en saison régulière, le meneur succèda au géant des Warriors de Philadelphie Wilt Chamberlain pour le trophée de “Rookie Of The Year”. Une saison où il termina aussi meilleur passeur du championnat avec donc près de 10 offrandes par rencontre.

Que de consécrations alors avec Cincinnati pour ce cher Oscar. Cette ville représente tout un symbole pour Robertson. En NCAA, il a perfectionné, répété ses mouvements aux tirs au sein de l’équipe universitaire des Bearcats. En 3 saisons, il a aligné des stats absolument sensationnelles: 33,8 points, 15,2 rebonds et 7,1 passes en 88 matchs.

OSCAR ROBERTSON : DES TRIPLE-DOUBLES A 40 POINTS ET PLUS

Cette réussite l’a donc encore accompagnée sur cette première saison dans la Grande Ligue, Oscar Robertson a rayonné et tout fait sur le terrain: actionner son poignet avec les paniers qui s’accumulent, distribuer les caviars à ses coéquipiers, attraper les ballons dans les airs. Inarretable, indestructible face aux défenseurs, ce très polyvalent meneur, au total,  aligne d’énormes chiffres avec 2165 points marqués, 716 rebonds captés et 690 passes. A 22 ans, il marque déjà l’histoire de la franchise des Royals.

“O’Train” a conclu notamment neuf matchs à 40 points et plus dont plusieurs avec un triple-double:

  • 45 points le 27 décembre 1960 contre Syracuse + 12 rebonds et 13 passes
  • 45 points le 14 janvier 1961 contre L.A Lakers + 8 rebonds et 8 passes
  • 44 points le 15 novembre 1960 contre Philadelphie Warriors + 15 rebonds et 11 passes
  • 43 points le 26 décembre 1960 contre Detroit + 5 rebonds et 13 passes
  • 43 points le 19 février 1961 contre L.A Lakers + 9 rebonds et 20 passes
  • 42 points le 27 novembre 1960 contre New York + 4 rebonds et 9 passes
  • 42 points le 2 janvier 1961 contre Syracuse + 13 rebonds et 10 passes
  • 41 points le 1er décembre 1960 contre Syracuse + 11 rebonds et 6 passes
  • 40 points le 13 février 1961 contre L.A Lakers + 10 rebonds et 11 passes

Il finit troisième meilleur scoreur de la ligue derrière d’autres obsédés par les paniers : Wilt Chamberlain (38,4 points) et Elgin Baylor (34,8).

Une saison plus tard, Oscar Robertson devient le premier joueur à finir la saison avec un triple-double de moyenne : 30,8 points (47,8 % aux tirs et 82,2 % aux lancers-francs), 12,8 rebonds (record dans une saison pour un meneur) et 11,4 passes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *