Playoffs 2008 : Tim Duncan, chauffé à bloc face aux Suns

MVP des Finales NBA 2003, Tim Duncan a souvent signé de très belles performances en playoffs sous le maillot des Spurs. En 2008, pour le premier match de playoffs, il a bien averti la défense des Suns avec un énorme double-double devant le public de San Antonio. 

Le Game 1 entre San Antonio et Phoenix s’est terminé sur la victoire des Spurs après deux prolongations à l’AT&T Center : 117 à 115. Si Manu Ginobili a délivré ses partenaires sur un game-winner, Tim Duncan a été monumental dans cette première manche au premier tour des playoffs le 19 avril 2008. Dans ce match, Duncan a bien été épaulé par Manu Ginobili (26 points) et Tony Parker (24 points).

“The Big Fundamental” a fini la rencontre avec 40 points (16/24 aux tirs dont 1/1 à 3-points, 7/12 aux lancers-francs) 15 rebonds, 5 passes et 3 contres. Fait très rare dans sa carrière, c’est de tirer derrière l’arc de cercle. “Timmy” complètement ouvert, a tenté sa chance à quelques secondes de la fin de la première prolongation. Sur une passe de Manu Ginobili, le tir est rentré dans le cercle. “J’avais un tir grand ouvert. Je l’ai jeté là-haut et espéré le meilleur », a déclaré l’ailier-fort très épuisé (espn).

TIM DUNCAN : AU MOINS 40 POINTS, 15 REBONDS ET 5 PASSES

Pour la troisième fois de sa carrière, Duncan alignait de tels chiffres en playoffs : au moins 40 points, 15 rebonds et 5 passes. Il l’avait déjà fait le 19 mai 2005 et le 22 mai 2006 à chaque fois face à Dallas. C’est la quatrième fois en carrière qu’il réussissait à atteindre la barre des 40 points et plus en post-season.

Il rejoint d’autres joueurs à avoir réalisé pareille performance en playoffs : Neil Johnston (en 1956), Elgin Baylor (en 1961), Cliff Hagan (en 1961), Wilt Chamberlain (en 1962, 1964 et 1967), Oscar Robertson (en 1963), Bob Pettit (en 1963), Magic Johnson (en 1980), Michael Jordan (en 1987), Brad Daugherty (en 1992), Charles Barkley (en 1993), Shaquille O’Neal (en 2001).

San Antonio élimine Phoenix en 4 manches grâce à un super Duncan dans la peinture. “Dream Tim” tourna à 24,8 points, 13,8 rebonds et 2,8 contres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *