Playoffs 1987 : Sleepy Floyd, 51 points, endort les Lakers

Contrairement à la signification de son surnom, Eric “Sleepy” Floyd n’était pas du tout endormi lors du Game 4 de la demi-finale de conférence Ouest. Avec le maillot des Warriors, il fut le héros de ce match en signant 51 points et un fantastique quatrième quart-temps face aux Lakers. Précisions.

Arrivé chez les Golden State Warriors le 6 février 1983 en provenance des New Jersey Nets, Eric “Sleepy” Floyd a laisse son empreinte après cette rencontre gagnée face à la gigantesque équipe de Los Angeles le 10 mai 1987 (Kareem Abdul-Jabbar, Magic Johnson, James Worthy, Byron Scott, A.C Green). Grâce à la victoire 129-121 à domicile au Coliseum Arena, les Warriors ont réduit le score dans cette série en étant plus mené que 3-1.

SLEEPY FLOYD : 18/26 AUX TIRS

En 44 minutes de jeu, le meneur titulaire s’était offert un monumental double-double (51 points et 10 passes sans occulter ses 4 interceptions et 3 rebonds). Une performance totalement différente de ses match précédent et bons : 14 points et 12 passes au Game 3 puis 19 et 11 points au match 1 et 2. Rayonnant pendant tout le match, Floyd a été insolent d’adresse : 18/26 aux tirs dont 2/3 derrière l’arc de cercle et 13/14 aux lancers. Il détient alors un record, celui du plus grand nombre de points marqués en un quart-temps (29 dans le quatrième) et en une mi-temps (39 en l’occurence dans la deuxième).

Meneur des Lakers, Magic Johnson (16 points, 5 rebonds, 5 passes) expliquait que “Floyd savait que dans sa tête que personne ne pouvait l’arrêter” (latimes)

SLEEPY FLOYD : 34 POINTS SUR 41 EN 11 MINUTES

Pourtant, les Warriors n’étaient pas loin de se faire sweeper en 4 manches. A la fin du troisième quart, les Lakers comptaient une belle avance de 15 points (102-88). Les Warriors ont été totalement transfigurés en infligeant 41 points dans les 12 dernières minutes de ce match 4 pour seulement 19 points encaissés. Sleepy Floyd planta alors 34 de ces 41 unités en 11 minutes. Il en était déjà 16 au bout de 4 minutes. Il convertit 12 de ses 13 tirs dans ce quatrième quart-temps. 

Exceptionnelle réaction du meneur en état de grâce formé chez les Hoyas de Georgetown qui a réveillé ses partenaires. Sa prestation a été renommée ainsi “le Sleepy Floyd Game”. Il envoie la plus belle des réponses à Michael Cooper (17 points, 4 rebonds, 10 passes en sortie de banc) qui le ciblait et le déstabilisait avec du trashtalking depuis le commencement de cette série. L’ailier des Lakers avouera que Floyd lui a signifié la direction de la sortie du terrain. Floyd sortit du terrain en étant acclamé fortement par le public. Une ovation méritée

L’adrénaline était répandue. La foule était de notre côté. La pression tombait sur les Lakers. Et une fois qu’on déferlait, je pense pas qu’on pouvait perdre ce match quoiqu’il en soit. Dans le quatrième quart-temps, j’ai décidé de foncer, aller driver ou faire la passe car si nous perdions, c’était fini de toute façon. Jamais je n’étais aussi chaud à n’importe quel niveau. Je le ressentais juste ce soir. Quand je marquais sur un lay-up ou un jump shot, le panier me semblait plus large de 3 mètres”. (sfgate.com)

Sleepy Floyd devenait alors le deuxième joueur dans l’histoire des playoffs à aligner au moins 50 points et 10 passes. Le premier fut Jerry West, auteur de 53 points et 10 passes le 23 avril 1969 avec les Lakers face à Boston en finale NBA lors du premier match.

Charles Barkley, en 1993, était tout proche d’égaler voire de dépasser ces records de Sleepy Floyd. Avec Phoenix, au Game 3 face à Golden State, il inscrit 27 points dans le premier quart-temps et 38 à la mi-temps. Chuck finit la rencontre avec 56 points.

En 2003, un chroniqueur du San Francisco Chronicle a déclaré que cette folle performance de Floyd était “le sentiment le plus incroyable qu’il ait eu lors d’un événement sportif”. 

Au final, les Warriors ne créeront pas l’exploit de sortir le multiple champion NBA que sont les Lakers, vainqueur de la série 4-1. Sleepy Floyd tourna dans cette demi-finale de conférence à 22,6 points, 3 rebonds et 10,4 passes.

Les 51 points de Sleepy Floyd en images

Une pensée sur “Playoffs 1987 : Sleepy Floyd, 51 points, endort les Lakers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *