Playoffs 1993 : Alonzo Mourning abat les Celtics sur un buzzer-beater

Les joueurs se subliment lors des playoffs NBA avec une telle débauche d’énergie devant leurs coéquipiers. Au premier tour de ces phases finales, on dénombre une multitude de performances sensationnelles à différentes époques du championnat nord-américain. C’est le cas d’Alonzo Mourning avec Charlotte qui crucifia Boston au Game 4 au buzzer.

Devant les 23 698 spectateurs du Charlotte Coliseum, le 5 mai 1993, lors de la quatrième manche entre Hornets et Celtics (Robert Parish, Kevin Mchale, Dee Brown, Sherman Douglas, Kevin Gamble, Rick Fox) le rookie Alonzo Mourning (21,3 points, 10,3 rebonds et 3,5 contres de moyenne en saison régulière) envoya son équipe en demi-finale de conférence à la suite d’un shoot inscrit au buzzer en tête de raquette après avoir posé un dribble et bloqué la passe de Dell Curry.

Son tir sur la tête du défenseur Xavier Mcdaniel fait ficelle. Victoire 104-103. Pour ce qui était son quatrième match de playoff de sa jeune carrière, “Zo”, au sol sur le dos, bras levés en croix, voyait ses coéquipiers lui sauter dessus après ce shoot victorieux (Dell Curry, Kendall Gill, Larry Johnson). Toutes les caméras étaient braquées sur cette joie. Le public du Charlotte Coliseum vibra.

ALONZO MOURNING : 33 POINTS

Mené au score 103-102, avec précisément 3,3 secondes à écouler au chrono, les Hornets avaient la toute dernière possession de cette rencontre. Charlotte devait marquer pour remporter pour la première fois de sa jeune histoire une série de playoffs et éviter un Game 5 à Boston. Chose réussie pour Charlotte qui n’a pas été jetés aux fraises par les Celtics. Les Hornets s’étaient faits peurs en étant rattrapés par leurs adversaires qui ont compté 18 unités de retard.

Mourning finit la partie avec 33 points (9/13 aux tirs et 15/18 aux lancers), 7 rebonds et 6 contres en 35 minutes. Sur les 4 matchs de cette série, le pivot termine avec un double-double de moyenne : 23,8 points, 10 rebonds et 4 contres. Larry Johnson (20 points, 6 rebonds, 4 passes) et Kendall Gill (18 points, 2 rebonds), ont bien aidé leur pivot choisi en deuxième position de la draft 1992.

Avec tout ce qu’ils ont accompli, fait dans cette ligue, c’est un honneur d’être sur le terrain avec eux” tenait à souligner Mourning en fin de match (New York Times).

Le shoot au buzzer d’Alonzo Mourning

2 pensées sur “Playoffs 1993 : Alonzo Mourning abat les Celtics sur un buzzer-beater

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *