Nuggets-Sonics (Playoffs 1994) : Dikembe Mutombo, ses 31 contres dans la série

Dikembe Mutombo a marqué les esprits lors du premier tour des playoffs en 1994 contre Seattle. Lors de la qualification des Denver Nuggets en cinq manches (3-2), le pivot réussit à totaliser 31 contres sur toute la série. Un record encore plus retentissant que la franchise du Colorado était près de l’élimination après avoir été mené 0-2. Précisions.

Jouer ses premiers matchs de playoffs lors de sa troisième saison NBA en 93-94, ca ne s’oublie pas pour Dikembe Mutombo. Et ça c’est le moindre que l’on puisse dire. La qualification des Denver Nuggets au premier tour des playoffs cette année est qualifié d’immense exploit. L’équipe de l’Etat du Colorado se qualifia pour les demi-finales de conférence en battant tout simplement la meilleure équipe de la conférence Ouest, les Seattle Supersonics, classé premier à la suite de leur bilan sublime en saison régulière : 63 victoires et 19 défaites.

Après une lourde défaite lors du Game 1 à Seattle à la Key Arena, le 28 avril 1994 (106-82) avec 12 points, 9 rebonds et 4 contres de Mutombo, Denver a mieux joué dans la seconde manche mais s’inclina à nouveau à l’exterieur de ses terres (97-87 : 14 points, 8 rebonds, 5 passes et 5 contres de Mutombo). Au soir du 30 avril 1994, les Nuggets se retrouvent avec un déficit de 0-2 et voient leur fin de saison se rapprocher. Nuggets et Sonics profitent alors de trois jours de repos avant le début du troisième acte. Pour Denver, il s’agit d’un must win impératif, un “Win or go Home” à domicile à la Mcnichols Arena.

Les Nuggets sont chauffés à bloc à la maison. Ils reprenaient du poil de la bête dans ce Game 3. Le 2 mai 1994, Denver réduit l’écart à 2-1 en s’imposant de 17 points (110-93) réussissant à marquer 41 points dans le premier quart-temps. Mutombo conclut la partie avec un double-double : 19 points, 13 rebonds et enregistre un total de 6 contres en 41 minutes.

LA LECON DE DAN ISSEL

Pour le Bleacher Report en 2014, Mutombo partageait une anecdote au journaliste Jared Zwerling qui l’interrogeait sur cette série mémorable de playoffs contre Seattle. “Deke” expliquait ce qu’il s’était produit quelques minutes avant l’entame du Game 3 : “20 minutes avant ce match, Dan (ndlr : Issel, le coach des Nuggets), qui a été un bon joueur des  Nuggets lui-même, nous a donné une bonne leçon au sujet de ce que nous avions besoin de faire pour rester en vie. Et nous avons pris cela très au sérieux. Il nous a demandé si nous avions assez de cran pour laisser quelqu’un marcher dans notre maison, nous battre et retourner à Seattle. Je pense que c’était la chose qui a affecté chacun dans l’équipe. Personne n’imaginait qu’on pourrait gagner. Dans les playoffs, tu veux gagner le respect”.

Suite au match 3, Denver devait à nouveau gagner à domicile pour éviter l’élimination. Cette fois-ci, ce nouveau à la maison fut compliqué pour les Nuggets qui ont dû batailler dur pour égaliser à 2-2 trois jours après le 5 mai 1994. Denver bat Seattle après prolongation 94-85. Les hommes de Dan Issel ont totalement fait la différence dans l’overtime en marquant 9 points de plus que les Sonics : 12-3. Score final 94-85. La série fut carrément relancée. On assiste à une des plus belles séries de postseason en NBA. Seattle, premier de la conférence, se retrouvait en difficulté. “Mount Mutombo” réalisa à nouveau un match solide, flirtant avec le triple-double : 10 points, 16 rebonds, 3 passes et 8 contres. 

UN GAME 5 TRES ATTENDU

Ce Game 5 est alors excitant à la fois pour les supporters des deux équipes, les journalistes. Ce match du 7 mai 1994 est celui à ne pas rater. Le dénouement sera connu alors 3 heures après le coup d’envoi de celui-ci. Nuggets et Sonics ont alors offert un superbe match à la limite du respirable. Une fois de plus, le match ira jusqu’en prolongation. Le suspense était à son comble.

Dans le quatrième quart-temps, à 7 secondes de la fin, Denver mèna de 2 points 88-86. Balle pour Seattle. Gary Payton pénétra dans la raquette, se retrouva en difficulté dans le corner gauche suite à plusieurs dribbles et tenta un tir très difficile. Son shoot ne touche pas le cercle. Gros airball. Mais Kendall Gill surgit dans les airs pour récupérer le ballon et cogner le cuir contre la planche. La gonfle orange transperce les filets. Deux points plus pour Seattle. Egalité 88-88. Gill sauta de joie. Temps-mort Nuggets. Il reste 0,5 dixième de secondes pour marquer. Balle en jeu pour Denver. C’est Mutombo qui reçoit le ballon dans la raquette. Le pivot se retourna et réussit un shoot avec la main droite. Or, le tir ne sera pas accordé et a été marqué après le retentissement du buzzer.

“NOUS AVONS VRAIMENT CHOQUE LE MONDE”

Dans ce second overtime de la série, ce fut la délivrance pour les Nuggets qui s’imposa 98-94 (10-6). Au terme de cette rude bataille, l’image qu’on retient après le coup de sifflet final, c’est celle de Mutombo qui resta un bon moment allonger sur le parquet avec les bras levés serrant le ballon du match. Tout sourire, “Deke” laissa éclater sa joie après que lui et ses coéquipiers aient réussir à renverser la tendance. Qualification des Denver Nuggets totalement inespéré. La franchise du Colorado était dans la peau de l’outsider. Et Mutombo se remémorait de ce moment fort après la fin de match épique dans ce match décisif toujours pour le Bleacher Report:

” Quand j’ai pris le rebond final, je me suis pas retrouvé sur le terrain tout de suite comme tout le monde pouvait s’en souvenir. Quand ce fut le cas, c’était l’excitation, l’émotion d’avoir battu l’équipe dont tous pensait qu’elle serait le vainqueur du championnat NBA par la façon dont elle joue, les types de joueurs qu’elle a. C’est celle qui a le coach le plus intelligent dans la Ligue. Il n’y a rien à dire de négatif sur ces Sonics. Donc nous avons vraiment choqué le monde et c’est la seule manière que je puisse décrire cela”.

Mutombo rendait aussi au hommage au boulot fourni par ses coéquipiers dans cette série :

” Le soir du Game 3 contre les Sonics, Reggie Williams marque 31 points. Dans le Game 4 ensuite, c’est Laphonso Ellis qui en marque 27. Et dans le Game , retour à Seattle, Robert Pack marque 23 points en sortie de banc. Et c’est ça d’une équipe dont tu as besoin dans une équipe, ce besoin d’avoir un fort engagement de 12 gars et spécifiquement de gars qui sortent du banc. Je pense que c”était la clé de notre succès”.

PAYTON A PARLE A PERSONNE

Autre image marquante pour Mutombo, auteur dans le Game 5 de 8 points, 15 rebonds et 8 contres, c’est le visage fermé de Gary Payton qui contrastait avec son trashtalking durant cette série : “Après qu’on ait gagné le Game 5, je me souviens d’avoir vu Payton de l’autre côté du banc. Il était toujours assis sur le banc. Il a quitté le terrain mais il n’a pas marché en direction des vestiaires. Il s’est juste assis sur le banc regardant la salle, sur ce qui s’était passé. Il a parlé à personne”.

Pour ses 5 premiers matchs de playoffs en carrière, à l’age de 27 ans, Mutombo afficha des moyennes de 12,6 points, 10,2 rebonds et 6,2 contres. Des stats plus que bonnes. Sur tout ce premier tour contre les Sonics, il totalisa 31 contres. Un record. 

Le Game 5 Denver-Seattle en intégralité

3 pensées sur “Nuggets-Sonics (Playoffs 1994) : Dikembe Mutombo, ses 31 contres dans la série

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *