NBA Finals 1991 : le premier triomphe des Chicago Bulls, Michael Jordan MVP

Le 12 juin 1991, les Chicago Bulls remportaient le premier titre NBA de son histoire à la suite de sa quatrième victoire face aux Lakers de Los Angeles au Game 5. Ce premier sacre fut le point de départ d’une hégémonie pour la franchise symbolisée par le taureau et ses deux cornes. Précisions.

Au Forum d’Inglewood de L.A, les Bulls abordaient ce match 5 de cette finale avec deux victoires d’avance (3-1) . Ils ont réussi à s’imposaient pour la troisième fois de suite sur le parquet du champion NBA 1988, le quatrième succès d’affilée après le revers à domicile au match 1. Chicago gagnait 108-101, une dernière victoire de la saison 1990-1991, synonyme de première couronne pour la franchise phare de l’Illinois née fin janvier 1966.

Les Bulls s’étaient employés pour grapiller cette fameuse quatrième victoire face aux Lakers (3eme de la conférence Ouest) de Magic Johnson, Vlade Divac, Sam Perkins, AC Green, Elden Campbell, mais handicapé par les absences de Byron Scott et James Worthy.

MICHAEL JORDAN, PREMIER TITRE DE MVP DES FINALES

Reluisant comme son crane, le leader d’attaque Michael Jordan l’a été sur le terrain. MJ voulait conclure face aux Lakers (qui à cette période comptait 11 titres de champion). Sans anxiété, “Jojo” n’a pas faibli et a encore éclaboussé de talent face au “purple and gold” de Magic Johnson : 30 points (12/23 aux tirs et 6/8 aux lancers-francs), 4 rebonds, 10 passes et 5 interceptions en 48 minutes.

Au terme de ses premières finales NBA, si Chicago a été couronné pour la première fois, son roi a été tout trouvé en la personne de Michael Jordan. “His Airness” souleva à 28 ans pour la première fois de sa majuscule carrière le titre de MVP des Finals : 31,2 points (55,8 % aux tirs et 84,8 % aux lancers-francs), 6,6 rebonds, 11,4 passes, 2,8 rebonds et 1,4 contre. Dans l’ensemble de cette campagne de playoffs 1991, il a rempli parfaitement toutes les cases statistiques : 31,1 points (52,4 % aux tirs et 84,5 % aux lancers-francs), 6,4 rebonds, 8,4 passes, 2,4 rebonds et 1,4 contre en 17 matchs. 

FLAMBOYANT SCOTTIE PIPPEN AU MATCH 5

Seul autre joueur à avoir joué la totalité de cette rencontre, Scottie Pippen a réalisé une performance hautement remarquable également : 32 points (10/22 aux tirs dont 1/2 à 3-points et 11/12 aux lancers-francs), 13 rebonds, 7 passes et aussi 5 ballons volés. Dans ces finales, “Pip” a fait du bon boulot des deux côtés du terrain comme le prouve ses moyennes sur ses 5 bataille : 20,8 points (45,3 % aux tirs, 86,2 % aux lancers-francs), 9,4 rebonds, 6,6 passes et 2,4 interceptions. Mieux sur les 17 matchs de playoffs de cette année 1991, Pippen tourna à 21,6 points, 8,9 rebonds, 5,8 passes et 2,5 interceptions

Menés de trois points 93-90, les hommes de Phil Jackson infligeaient notamment un 9-0 dans le dernier quart-temps. Ce ne sont ni Jordan ni Pippen qui avaient repris les commandes de l’attaque de Chicago pour repasser devant au score. Très bon dans ces finales, c’était le meneur John Paxson qui a été précieux pour les Bulls et a causé du mal à la défense des  Lakers. “Pax” planta 10 points au milieu du quatrième quart-temps. En mettant des gros tirs, il finit avec 20 unités au total à 9/12 aux shoots plus 3 rebonds et 4 passes. Sur ces finales, le numéro 5 des Bulls tournait à 13,4 points à 65,3 % de réussite. Un apport offensif considérable.

Côté Lakers, Magic Johnson n’a pas suffi lui qui a fait un bon match avec un exceptionnel triple-double : 16 points, 11 rebonds et 20 passes. Elden Campbell a terminé avec 21 points et Sam Perkins 22 points.

25 ans après avoir mis pour la première fois les pieds dans ce monde de la NBA, Chi-Town touchait enfin le graal. Connu pour ses gratte-ciels et son magnifique architecture, Chicago tutoyait enfin les sommets dans la galaxie basket. Les Bulls effaçaient leur défaite en finale de conférence Est un an auparavant. Les “taureaux” étaient alors à un match d’humer le parfum des finales NBA en 1990.

Les Bulls avaient été écrasés par le futur double champion Détroit au match 7 de la finale de conférence Est au Palace d’Auburn Hills le 3 juin : 93 à 74. Ce n’était donc que partie remise et cette année 1991 était enfin marquée par l’apothéose. Chicago, avec cet échec de 1990, était revenu plus fort et avait enfin réussi à se débarrasser des Détroit Pistons. Un bon coup de balai : 4-0.

A la suite de ce premier trophée, les Bulls incarnaient cette franchise prédominante du championnat nord-américain dans les années 90 en rajoutant 5 autres titres à son palmarès: 1992, 1993, 1996, 1997 et 1998, soit 2 three peat. Sur ces 6 titres, Michael Jordan et Scottie Pippen ont guidé leurs partenaires vers la victoire finale au côté de leur coach Phil Jackson.

Le match 5 Bulls-Lakers en images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *