Magic Johnson-Larry Bird, leur duel en finale NCAA 1979

La NBA dans les années 80 était reconnaissable par la lutte entre Magic Johnson et Larry Bird. Avant, leurs chemins s’étaient croisés lors de la finale du championnat NCAA 1979. Magic défendait les couleurs de Michigan State quand Bird en faisait de même pour Indiana. Précisions.

Disputée le 26 mars de cette année-là, cette finale (attendue, diffusée sur NBC et scrutée par 40 millions de téléspectateurs, meilleure audience pour une finale NCAA, hausse de 20 % par rapport à la finale de 1978) a accouché d’une victoire des Spartans de Michigan State. Au Special Events Center de Salt Lake City à Utah et ses plus de 15 000 spectateurs, l’équipe de Magic a remporté cet ultime match de la saison universitaire 1978-1979 face aux Sycamores d’Indiana State : 75-64. Nouveau champion NCAA, les Spartans succédaient aux Kentucky Wildcats, vainqueur en 1978. Cette 26ème victoire en 32 matchs toutes compétitions confondues pour Michigan State validait la belle saison de cette faculté, dirigée par le coach Jud Heathcote.

MAGIC-BIRD : PREMICE D’UNE RIVALITE

Auteur de 24 points (8/15 aux tirs et 8/10 aux lancers-francs), 7 rebonds et 5 passes, élu Most Outstanding Player, Magic Johnson avait bataillé pour la première fois face à un grand ailier à la chevelure blonde qu’il retrouvera plus tard sur les parquets NBA : le senior Larry Bird. Le futur ailier des Boston Celtics avait conclu cette finale avec un double-double malgré une panne d’adresse : 19 points (7/21 aux tirs, 5/8 aux lancers-francs) 13 rebonds et 2 passes. Ce premier face-à-face entre ces deux joueurs aura été le seul sur un terrain universitaire et le symbole de leur future rivalité en NBA.

Avant le début des hostilités dans cette finale, il faut souligner que les deux joueurs arrivaient à Salt Lake City avec le plein de confiance en étant adroit devant le panier. En demi-finale, Magic Johnson lâcha un triple-double de feu : 29 points (9/10 aux tirs et 11/12 aux lancers-francs), 10 rebonds et 10 passes contre Pennsylvanie (101-67). Larry Bird, au même stade du tournoi final NCAA, a flirté avec le triple-double face à DePaul : 35 points (16/19 aux tirs et 3/4 aux lancers-francs), 16 rebonds et 9 passes (victoire 76-74).

Et même avant ces demi-finales, les deux joueurs ont été les grands artisans du superbe parcours de leurs équipes dans ces phases finales NCAA. Magic Johnson, portant bien son surnom, répéta les bonnes performances  :

  • 19 points, 17 rebonds, 10 passes vs Lamar (deuxième tour régional)
  • 24 points, 5 rebonds, 12 passes vs LSU (demi-finale régionale)
  • 19 points, 5 rebonds, 13 passes vs Notre Dame (finale régionale)

Larry Bird, malgré un shoot déréglé en finale, n’a pas connu ce problème précédemment :

  • 22 points (6/14 aux tirs, 10/12 aux lancers-francs) 13 rebonds, 7 passes vs Virgina Tech (deuxième tour régional, 86-69),
  • 29 points (11/19 aux tirs, 7/8 aux lancers-francs) 15 rebonds, 5 passes vs Oklahoma (demi-finale régionale)
  • 31 points (12/22 aux tirs, 7/8 aux lancers-francs, 10 rebonds, 3 passes vs Arkansas (finale régionale)

Sur l’ensemble du tournoi NCAA, les deux protagonistes affichaient de splendides moyennes :

  • Magic : 23 points, 8,8 rebonds, 10 passes
  • Bird : 27,2 points, 13,4 rebonds, 4,8 passes
LES 30 ANS DE CETTE FINALE

En février 2009, à l’occasion des 30 ans de ce titre NCAA acquis par Michigan State en 1979, à la mi-temps du match entre les Spartans et Wisconsin. Magic et ses ex-coéquipiers (Jay Vincent, Terry Donnelly, Gerald Gilkie) ainsi que leur ancien head coach Jud Heathcote avaient été conviés pour une cérémonie d’honneur à East Landing, ville du Michigan.

Cette défaite de Larry Bird en finale NCAA était l’unique rencontre perdue par Indiana, eux qui restaient alors sur une série de 33 victoires consécutives lors de la formidable saison 1978-1979. Autour de ces deux grands joueurs de talent, les coéquipiers de Magic et Bird ont apporté leur pierre à l’édifice. Ainsi, on notera les 15 points, 4 rebonds de Terry Donnelly et les 19 points, 8 rebonds et 9 passes de Greg Kelser du côté de Michigan State. Dans les rangs d’Indiana, Carl Nicks (17 points, 2 rebonds et 4 passes) et Bobby Heaton (10 points, 6 rebonds et 2 passes) ont bien épaulé Larry Bird.

Livrant ses consignes à ses jeunes pousses, le coach des Sycamores d’Indiana en 1979, Bill Hodges partageait sa satisfaction lors de cette saison malgré cette défaite en finale. Il se confiait à ce sujet en mars 2011 dans une interview accordée à blog.syracuse.com : «Beaucoup de gens pensent que c’était une fin de saison décevante. Comment pourrais-je être déçu ? Nous avons perdu contre une très bonne équipe et face à un grand joueur. Nous avons réussi à aller au Final Four. J’ai coaché une bande de bons gamins. C’était une bonne saison, vraiment».

Il mettait en avant le rôle qu’avait endossé Larry Bird au sein de l’effectif qui avait su montrer parfaitement la voie à ses partenaires: «Il avait une immense éthique de travail. Il s’entraînait et jouait dur tous les jours. Il ne parlait pas beaucoup. C’était plus Brad Miley le porte-parole des Sycamores. Mais une fois sur le terrain, Larry était le leader. Tout le monde le suivait dans sa direction ».

En avril 2009, Bird et Magic participaient à une conférence de presse pour se remémorer les 30 ans de cette finale. Johnson multipliait les compliments vis-à-vis de son rival éternel: « Nous n’avions jamais vu un joueur comme Larry Bird. Il n’y a jamais eu un joueur depuis Larry qui peut aller à l’intérieur et à l’extérieur de la raquette, faire des passes, prendre des rebonds, intercepter, contrer, prendre la longueur du terrain. C’est le joueur le plus incroyable et unique que j’ai vu jouer ». (articles.philly.com)

Bird, selon sa propre analyse, avait une pensée forte pour les fans d’Indiana proche de fêter un succès en 1979 et de goûter à ce parfum de victoire: « Je voulais gagner ce match pas pour moi et ma gloire personnelle. Mais pour Indiana State qui n’a jamais eu cette opportunité et probablement ne l’aura plus jamais. Ca aurait pu être aussi une victoire envers Terre Haute (ville dans l’Indiana) qui m’a si bien traité quand j’y étais» (articles.philly.com)

Cette finale correspondait au dernier match universitaire de Magic et Bird. Ces deux joueurs partiront débuter leur première saison en NBA en 1979-1980 dans la peau d’un rookie. Alors que « Gold Hand » fut drafté en 1978 par Boston et rejoindra donc les rangs des Celtics (il avait préféré effectuer sa saison senior en fac avant de rejoindre la Grande Ligue), Magic lui revêtira le maillot des Los Angeles Lakers qui le sélectionnèrent en première position de la draft 1979.

Les deux futurs Hall Of Famers avaient réalisé une dernière grande saison NCAA avant de lever les voiles comme en témoignent leurs statistiques respectives en 1978-1979:

  • Magic Johnson – Michigan State : 17,1 points (46,8 % aux tirs et 84,2 % aux lancers-francs), 7,3 rebonds et 8,4 passes en 32 matchs
  • Larry Bird – Indiana State : 28,6 points (53,2 % aux tirs, 83,1 % aux lancers-francs), 14,9 rebonds et 5,5 passes en 34 matchs

L’intégralité de la finale NCAA 1979 : Michigan State-Indiana

Une pensée sur “Magic Johnson-Larry Bird, leur duel en finale NCAA 1979

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *