Jackie Stiles, star du Missouri (1997-2001)

Parmi la flopée de joueuses américaines qui ont retenu l’attention du monde du basket, il y a Jackie Stiles. L’ex-meneuse de jeu a enchanté la NCAA et surtout la fac du Missouri qui lui a confié les clés à la mène. Dans ce portrait, découvrez celle qui a connu une éclosion émérite et est arrivé au plus niveau.

Jacqueline Marie Stiles, plus communément appelé “Jackie” voit la lumière le 21 décembre 1978 à Kansas. C’est dans cet état US qu’elle se fait remarquer pour ses aptitudes au basket. Au lycée de Claflin dans laquelle elle atterrit en 1993, elle réussit à marquer 61 points en seulement 17 minutes lors du match d’ouverture en tant que junior. Lors de cette troisième année (junior, 95-96), elle assure en moyenne 38,5 points, 7,0 rebonds, et 4,9 passes. Dans ce bahut de la petite ville du Kansas, ses moyennes statistiques sont monumentales

UNE LYCÉENNE PROMETTEUSE

En première année (freshman, 93-94), elle compile 29,9 points et 8,8 rebonds par match. Elle enregistre un record d’Etat avec 114 points inscrits sur trois matchs consécutifs. Bras cassé en deuxième année (sophomore, 94-95), elle loupe 4 matchs. A son retour, elle shoote de la main gauche lors de ses trois premières matchs. Remise de sa blessure, elle tournera à 26,4 points, 8,6 rebonds, et 5,8 passes par rencontre cette saison.

A la fin de son année senior (96-97), garçons et filles confondus, Stiles est la détentrice du record de points marqués dans l’histoire de ce lycée avec 3 603 points. Elle totalise 829 rebonds, 523 passes, et 326 interceptions. En tant que senior à Claflin High, elle aligne des moyennes de 46,4 points, 8,1 rebonds, 6,3 passes, et 3,3 interceptions. Elle établi un record d’état avec 71 points cette saison-là contre Macksville. Elle réussit à 7 reprises un match atteignant les 54 points et plus. Menace offensive pour ses adversaires, 4 joueuses se mettront à défendre sur elle pour stopper sa réussite en attaque.

Jackie stiles-Claflin High (c) NHFS

En plus de bien manier le ballon orange sur les parquets, la jeune fille du Kansas trouve le temps et la détermination de pratiquer le cross country et le tennis. En voilà une véritable pile électrique venue du Kansas qui adore transpirer sur n’importe quel terrain. Cette férue de sport cartonne particulièrement sur les épreuves de course raflant 14 médailles d’or sur diverses distances sur les pistes d’athlétisme : 400, 800, 1200 et 1600 mètres.

Quant au basket, elle s’immerge dedans par le biais de son père, Pat qui fut coach de l’équipe première à Claflin. Le suivant à la trace au gymnase, il lui apprend les fondamentaux : tirs, dribble. De cet apprentissage, Jackie Stiles ne ménagea pas ses efforts et veut impressionner son “daddy”. Touchant à tous ces sports, c’est dans le basket qu’elle va passer le plus de temps à se perfectionner et va perdurer.  Une véritable passion est née en Stiles avec le ballon à la limite de l’obsession.

“J’aime absolument ça. Les gens pensent que mon père m’y a poussé. En fait, il a essayé de me dégager hors de la salle. Je voulais juste devenir la meilleure joueuse que je pourrais devenir. Je sentais que si je prenais un jour de repos, cela voulait dire que quelqu’un d’autre travaillerait plus dur que moi. J’étais juste tellement passionné que je n’étais jamais épuisée”. Mais un épisode douloureux va la stopper dans son élan, sa progression: le décès de sa soeur cadette, Carlie, des suites d’une maladie du cerveau.

Repérée pour ses qualités, elle est appelée dans l’équipe des Etats-Unis des moins de 18 ans pour participer aux 3ème championnats du monde junior à Chetumal au Mexique. Avec la sélection, elle décroche la médaille d’argent. Un an plus tard, elle joue les matchs du mondial U19 avec les USA qui remportent l’or après que les Américaines aient gagné face aux Australiennes 78-74 après prolongation. Elle participe à la William Jones Cup à Taipei. Les Etats-Unis remportent ce tournoi avec 4 victoires. Stiles marque 6 points par match.

EX-RECORDWOMAN DE POINTS EN NCAA

En 1997, elle rejoint la fac de Southwest Missouri State et son nom résonnera fortement dans l’équipe des Lady Bears. Connecticut et Kansas State s’étaient manifestés pour l’enrôler.

Progressant pendant 4 ans avec ses coéquipières et répétant les mêmes gestes aux shoots, la meneuse de jeu marquera au total 3 393 points dont plus de 1000 points lors de sa troisième année, soit 1062. Le 10 mars 2000, face à Evansville, elle marque les esprits en inscrivant 56 points, soit le sixième plus gros total de points dans un match de première division universitaire dans la section féminine.

Le 1er mars 2001, face à Creighton, elle a besoin de 20 points pour dépasser les 3 122 points de Patricia Hoskins (Mississippi Valley State). Stiles finira la rencontre avec 30 unités devenant alors la nouvelle détentrice du record de points marqués en première division NCAA. Stiles totalisera 3 393 points durant ses 4 années de fac et dépassa aussi les 3 115 de Lorri Bauman (Drake), l’ancienne recordwoman.

Le panier du record le 1er mars 2001

 

Le 25 février 2017, Stiles se fera elle-même devancer par Kelsey Plum qui avec 57 points marqués pour Washington totalisera après ce match un total de 3 397 points en carrière. Un total qui sera bloqué à 3 527 points. La NCAA enregistra les records dans chaque catégorie statistique à compter de l’année 1982. Or, Lynette Woodard aurait pu faire partie de ce classement avec 3 649 points marqués entre 1978 et 1981 avec Kansas.

Lors du tournoi NCAA 2001 en mars, Stiles planta 41 points lors du Sweet Sixteen (demi-finale régionale) contre la grande fac de Duke lors de la victoire 81-71. Exceptionnelle, cet accro du shoot rend une copie parfaite avec un 15/22 aux tirs et déjà 25 points comptabilisés à la mi-temps. En finale régionale contre Washington, elle assure avec 32 points lors du succès facile 104-87.

Jackie Stiles Southwest Missouri state, ballon en main (c) DR

A la fin de la saison 2000-2001, elle reçoit plusieurs distinctions : le Wade Trophy qui récompense la meilleure joueuse de basket classé dans les universités, la Broderick Cup, qui récompense l’athlète universitaire et féminine de l’année. Elle est élue à trois reprises joueuse de l’année du Missouri Valley. Stiles est élue en 2001 dans la Kodak All-America First Team, et the Associated Press All-America First Team.

En février 2001, elle dévoila sa routine à l’entraînement en effectuant plusieurs séries de 200 shoots à différents endroits du terrain plusieurs fois dans la semaine. Son objectif était de prendre 1000 tirs, et parfaire ses lancers-francs peu importe le temps que cela devait prendre : “Si je ne faisais pas mes workouts, je me sentirais coupable. C’est mieux pour moi de les faire puis passer du bon temps après” (nytimes.com).

En 2001, elle emmène son équipe pour la première fois au Final Four NCAA qui se déroula à Saint-Louis dans le Missouri. Les Lady Bears s’inclineront en demi-finale nationale contre Purdue (81-67).

Trois fois élue meilleure joueuse de la Missouri Valley Conference (années sophomore, junior et senior), en 4 saisons NCAA, Jackie Stiles présente des lignes de stats incroyables :

  • 1997 – 1998 : 20,6 points (52 % aux tirs, 36,4 % à 3-points et 81,8 % aux lancers-francs), 3,8 rebonds et 2,5 passes en 30 matchs
  • 1998 – 1999 : 25,7 points (52,9 % aux tirs, 43,1 % à 3-points et 83,8 % aux lancers-francs), 3,4 rebonds et 2,8 passes en 32 matchs
  • 1999 – 2000 : 27,8 points (49,9 % aux tirs, 45,3 % à 3-points et 85,9 % aux lancers-francs), 4,2 rebonds et 2 passes en 32 matchs
  • 2000 – 2001 : 30,3 points (56,6 % aux tirs, 49,2 % à 3-points et 88,7 % aux lancers-francs), 3,5 rebonds et 1,9 passe en 35 matchs

Sa moyenne, sur toute sa carrière universitaire, est de 26,1 points (52,9 % aux tirs, 43,5 % à 3-points et 85,1 % aux lancers-francs), 3,7 rebonds et 2,3 passes en 129 matchs.

LE COACHING APRES-CARRIERE

En 2001, les Portland Fire, franchise WNBA, la sélectionne en quatrième position de la draft et devient la première joueuse de Missouri à être drafté. Un de ses rêves se concrétise, elle qui aspirait à devenir basketteuse professionnelle et le confiait à son professeur en second grade (CE1 en français).

Pour sa première année, elle décroche le titre de Rookie of the Year avec ses 14,9 points de moyenne, 2,4 rebonds et 1,7 passe en 32 rencontres. All-Star en 2001, elle est élue joueuse de la semaine avec 22 points de moyenne et 54 % aux shoots. Portland en faillite, Stiles rejoint par la suite les Los Angeles Sparks. Elle ne joue aucun match avec la franchise californienne. Sa carrière dans la grande ligue américaine sera de courte durée en raison de blessures qui la freinent.

En 2004, elle rejoint la NWBL (National Women Basketball League) et les Hubbock Hawks dans le Texas et en 2006 la ligue australienne pour jouer avec les Canberra Capitols (Women’s National Basketball League) avant de se retirer et connaître de nouvelles blessures. Avec 13 opérations chirurgicales (cheville, épaule, son corps doit dire stop. Fin de carrière pour Stiles.

Comme la plupart de celles qui ont joué au niveau universitaire et professionnelle, Stiles emprunte une autre voie dans le basket, celle du coaching. Elle fait ses premières armes en tant qu’assistante à Los Angeles à la fac de Loyola Marymount en 2012. Le 18 avril 2013, elle occupe le même poste dans une université où elle a tant brillé : Missouri. Dans une interview accordée au nfhs.org (National Federation of State High School Association), en tant qu’assistante coach à la fac de Missouri, elle décrit le profil type d’étudiante-athlète qu’elle veut voir grandir dans son équipe :

“Les impondérables. Je veux quelqu’un qui soit une compétitrice et travaille dure. Si tu es feignante, ca va définitivement pas t’aider à obtenir une bourse. Je pense que c’est important de travailler dur, d’être compétitive et d’avoir la bonne attitude. Bien sur, nous voulons les joueuses les plus talentueuses ayant ces impondérables. Mais il y en a qui sont talentueuses mais n’ont peut-être pas ces impondérables”.

En juin 2016, elle partageait son enthousiasme de divulguer des conseils aux jeunes basketteuses : “Je suis contente d’aider les autres à accomplir leurs rêves comme beaucoup l’ont fait pour moi. C’est le moment pour moi de redonner services et d’aider les autres athlètes à atteindre leurs objectifs”. (news-leader.com)

Avec une telle empreinte dans le championnat NCAA, Jackie Stiles dispose désormais de sa propre statue dans l’enceinte de Missouri, la JQH Arena de Springfield au même titre que Shaquille O’Neal, Magic Johnson, et Larry Bird dans leurs anciennes facs : “Comment pouvez-vous ne pas être gêné d’avoir une statue ? Jamais dans mes rêves les plus profonds, je n’ai percé ce moment qui se produirait quand j’ai commencé le basket. Je ne peux pas verbaliser ce que signifie d’avoir une statue”. (news-leader.com)

En 2007, elle rejoint le Kansas Sports Hall Of Fame En Juin 2016, elle est intronisée au College Basketball Hall Of Fame des femmes à Knoxville dans le Tennessee. Depuis 2007, elle a créée sa propre activité mêlant camps d’entrainement de basket, conseils sur le développement personnel, prise de parole en public : J.Stiles Total Training.

Interview de Jackie Stiles sur son record de points marqués en NCAA et sa carrière

Une pensée sur “Jackie Stiles, star du Missouri (1997-2001)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *