Euroligue 1997 : Olympiakos sur le toit de l’Europe avec David Rivers

En 1997, le club grec de l’Olympiakos a remporté pour la première fois de son histoire l’Euroligue. Un trophée européen majeur obtenu grâce au talent de David Rivers, joueur américain bien connu du championnat de France de Pro A.

A Rome, au Palazzo Dello Sport, le soir du 24 avril 1997, Olympiakos n’avait qu’un seul objectif et souhait : conjurer le sort qui s’acharne sur le club du Pirée. qui a vécu deux défaites d’affilée en finale : en 1994 face à Badalone (59-57) et en 1995 face au Real Madrid (73-61). Et leurs vœux ont été exaucés. Olympiakos gagne aisément face au FC Barcelone grâce à une superbe deuxième mi-temps remporté sur le score de 42-29. Victoire finale 73-58.

Tous les médias mettaient en lumière le duel de meneur entre David Rivers et le yougoslave Sasha Djordjevic. L’ancien antibois David Rivers a livré une magnifique performance pour son dernier match d’Euroligue de cette saison 1996-1997 : 26 points (7/12 aux tirs, 11/14 aux lancers-francs) 6 rebonds et 3 passes. Son vis-à-vis Djordjevic a été inexistant ou presque : 6 points à 2/11.

RIVERS, MVP DU FINAL FOUR

Avec deux prestations superbes délivrées à ce niveau de la compétition, David Rivers mérite amplement le titre de MVP de ce Final Four d’Euroligue. En additionnant ses points, rebonds et passes et pourcentage de tirs, ses moyennes dans ces catégories de stats surtout au scoring sont admirables : 27 points, 15/25 aux tirs soit 60 % de réussite, 4 rebonds et 3,5 passes. Bonne pioche pour Olympiakos de l’avoir convaincu de signer dans ce club puisqu’avec lui, il remporte leur premier titre d’Euroligue après ses deux défaites en finale.

En demi-finale, Rivers a été l’auteur d’une splendide performance  face au Smelt Olimpija : 28 points  au compteur à 8/13 aux tirs dont 2/3 à trois-points, 2 rebonds et 4 passes en 31 minutes de jeu. Grâce à son adresse aux tirs, Olympiakos remportait le match 74-65.

Sur le site de l’Euroligue, David Rivers se confiait sur ce Final Four et cette ultime victoire en 1997 : « Je n’ai pas beaucoup de souvenir en réalité de ce moment. Nous avions bien joué collectivement. Nous avons donc gagné et soulevé le trophée de la Coupe d’Europe qui est le plus désirée. Je me souviens plus du moment où je regardais la ligne de touche en apercevant mon coach Dusan Ivkovic, sans expression. Lui et son assistant ainsi que le banc de mon équipe, c’était comme s’ils faisaient partie du match eux-mêmes. C’était beau”.

Les highlights de la finale d’Euroligue en 1997

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *