Diandra Tchatchouang, son envol à Maryland (2009-2011)

Diandra Tchatchouang fait partie de ces joueuses françaises qui ont poursuivi leur apprentissage du basket aux Etats-Unis en foulant les parquets NCAA. La franco-camerounaise avait exprimé le besoin de vivre une expérience dans le pays où le basket est roi. Retour sur ses deux saisons où l’ailière a mouillé le maillot pour les Maryland Terrapins.

Fan de Lebron James, Diandra Tchatchouang quitte l’Insep 4 ans après son arrivée en 2005 pour rejoindre la fac de Maryland en 2009. A 18 ans, l’ailière d’origine camerounaise file alors découvrir le championnat universitaire NCAA en portant le maillot des Terrapins, floqué du numéro 24. Elle saute le pas après avoir nettement progressé dans le jeu au club de la Courneuve (1999-2004) où elle a su corriger ses problèmes de dextérité et de coordination, travailler son tir et le double-pas. La native de Villepinte rejoint cette université dans laquelle elle poursuivra une formation en sciences politiques après l’obtention de son bac STG en France.

Elle n’est pas la toute première française à porter les couleurs de l’université proche de la ville de Washington. Aurélie Noirez, vainqueure du championnat NCAA en 2006, a joué pour Maryland durant 4 saisons de 2003 à 2007. Dans une interview à Catch and Shoot, Tchatchouang expliquait en février 2010 les raisons de s’envoler outre-Atlantique et découvrir la culture américaine où le basket fait fureur :

« L’université américaine me proposait plus d’opportunités en termes d’éducation et de basket en même temps. Certaines joueuses réussissent à obtenir un diplôme tout en jouant au niveau professionnel ce qui, je pense, est très difficile. En signant un contrat, le basket devient ton métier, ton club attend des résultats de ta part. Ce n’est pas le problème du club si tu n’arrives pas à suivre les cours, ce qui est normal puisqu’il te donne une rémunération pour ce que tu fais sur le terrain. Dans mon cas, je pense que j’aurais eu un rôle majeur en allant dans une équipe professionnelle en France et cela ne m’aurait pas permis de continuer mes études des plus sérieusement. »

Pour Sport24 en juin dernier, elle déclarait que combiner études supérieures et sa passion pour le ballon orange à Maryland était une aubaine : « Au-delà du basket, je savais que ce serait une expérience humaine intéressante. Et je ne pensais pas pouvoir allier la poursuite de mes études et le début d’une carrière pro, avec une équipe qui attendrait forcément beaucoup de moi. Là-bas, ils ont un cursus qui n’existe nulle part ailleurs, pour jouer à un bon niveau et continuer des études. C’est un vrai privilège.»

Sa future coach Brenda Frese racontait pour le site du baltimoresun en octobre 2009 comment Maryland était fortement intéressée par le profil de Tchatchouang : « elle nous a découverts quand nous jouions à l’Insep (ndlr : Maryland faisait une tournée de deux semaines en Europe dont un passage à Paris). Elle était à l’école là-bas et nous a vues jouer. Après cela, elle a pris des informations et était intéressée par l’université de Maryland. Elle avait une tante qui vivait à Maryland. C’était donc une situation gagnant-gagnant pour nous tous ».

Afin d’injecter du sang neuf dans son roster, Frese ajouta que si Tchatchouang rejoignait Maryland, c’était pour devenir une pièce maitresse dans le collectif des Terrapins. Elle mettait ainsi en avant ses aptitudes dans le jeu: « Avec les pertes de joueuses qui ont été diplômées (ndlr : Kristi Tolliver, Marissa Coleman), elle aura  un impact immédiat. Elle en aurait eu quoi qu’il en soit malgré ses départs. Elle fait 1m90 et est polyvalente. Elle peut jouer à l’intérieur, en dehors de la raquette, shooter à 3-points. Elle peut effacer des gens sur un dribble. Elle revient de l’infirmerie suite à une blessure à la cheville. Les choses qu’elle fait maintenant sont vraiment incroyables. Elle va aller beaucoup mieux avec le temps quand elle sera en forme. Elle sera sur le point de nous aider immédiatement ».

Sur le site officiel de la fac, Brenda Frese était impatiente de pouvoir compter dans ses rangs sur la Française formée au club de la Courneuve : « Diandra est une des joueuses les plus motivées et autonome que j’ai coachées. En tant que freshman (joueuse de première année), elle travaille dur pour traverser une période difficile de transition et être un atout majeur de notre équipe. J’ai hâte de voir son apport cette année après une autre expérience cet été avec l’équipe de France des moins de 20 ans ». (www.umterps.com).

UNE BONNE SAISON FRESHMAN (2009-2010)

Tchatchouang découvre une nouvelle culture et doit s’imprégner de la langue anglaise, qu’elle ne maitrise pas couramment. Maryland lui fait travailler son anglais et son vocabulaire dans la langue de Shakespeare s’enrichi progressivement. La maitrise de l’anglais est une condition sinequanone comme le précisait Frese pour pouvoir recruter l’ailière tricolore.

Encadrée par Frese, l’ailière découvre ses nouvelles partenaires et notamment Lynetta Kizer et Alyssa Thomas, deux scoreuses américaines. Autour de ces deux attaquantes, Tchatchouang réussit ses débuts avec Maryland pour sa première saison aux Etats-Unis et montre aux américains et supporters de Maryland de quoi elle est capable sur un terrain. Elle réussit à scorer 10 points et plus à 19 reprises sur les 34 matchs qu’elle disputa. Elle conclut 3 matchs avec au moins 20 points marqués.

Le 19 novembre 2009, elle inscrit notamment 22 points (8/11 aux tirs et 3/3 à 3-points) face à ODU. Le 3 janvier 2010, elle bat son record en attaque avec 25 points face à Saint-Joseph (9/15). Ce jour-là, elle réussit aussi à repousser 5 tirs adverses, un record personnel dans cet exercice du contre et gobe 6 rebonds. A la mi-temps, sa ligne de stats était déjà bien fournie : 13 points à 5/8 aux tirs et 3 contres. Le 20 février 2010, elle score 23 points face à Florida State.

Diandra Tchatchouang est nommée « Rookie of the Week », à trois reprises lors de la saison 2009-2010 (le 20 novembre 2009, le 4 janvier 2010 et le 3 mars 2010). L’ailière conclut sa première saison NCAA avec des moyennes de 11,5 points (41,8 % aux tirs, 31,1 % à 3-points et 43,9 % aux lancers-francs) et 5,4 rebonds. Son intégration au sein d’une fac prestigieuse est parfaite.

Dans la conférence ACC (Atlantic Coast Conference), elle figure parmi les joueuses de l’histoire de Maryland à faire partie du meilleur 5 Freshman de celle-ci : Marissa Coleman, Kristi Tolliver, Crystal Langhorne et Shay Doron.  La française est distinguée dans ce 5 majeur freshman ACC 2010 composée de l’intérieur Allison Vernerey (Duke), l’ailière Chasity Clayton (Florida State), l’arrière Marissa Kastanek (North Carolina State) et l’ailière Sandra Garcia (Wake Forest)

Tchatchouang règne dans la peinture et finit meilleure contreuse de son équipe avec 41 tirs bloqués. Ce nombre correspond au troisième meilleur total dans cette catégorie stats pour une freshman, dans l’histoire des Maryland Terrapins.

SA SAISON SOPHOMORE (2010-2011)

La saison suivante en 2010-2011, suite à une première année de découverte et convaincante, Tchatchouang devient une joueuse sophomore (elle entame sa deuxième saison NCAA). Sa ligne de stats baisse au niveau des points mais et somme toute satisfaisante : 8,7 points (43,6 % aux tirs, 26,9 % à 3-points, 50,5 % aux lancers-francs), 5 rebonds, 1,5 passe et 1,1 contre en 32 matchs. Sur certains matchs, l’ailière a encore apporté sa  pierre à l’édifice :

  • Le 18 novembre face à Towson, lors de la victoire des siens, elle signe 12 points (6/8), 9 rebonds
  • Le 26 novembre contre East Carolina, elle réalise un double-double 13 points (4/6 aux tirs et 5/7 aux lancers-francs), 11 rebonds
  • Le 5 décembre 2010, elle score 17 points dont 15 en seconde mi-temps (6/9 aux tirs et 5/7 aux lancers-francs), et prend 7 rebonds lors de la victoire face à Appalachian State 81-65.
  • 11 points, 7 rebonds le 28 décembre face à La Salle lors du très large succès : 83-45
  • Elle marque 19 points, son meilleur en deuxième année (8/12 aux tirs dont 2/3 à 3-points), 5 rebonds, 2 contres face à St John’s le 29 décembre 2010. Victoire de Maryland 66-60.
  • Le 2 janvier 2011, face à Saint-Joseph, elle enregistre un double-double (12 points à 5/9 aux tirs, 13 rebonds), agrémenté de 4 passes et un contre, victoire 74-60 des Terrapins.
  • Elle flirte avec un double-double (14 points, 9 rebonds) face à Duke lors de la défaite 71-64 le 6 janvier 2011.
  • Le 22 janvier 2011, elle sauve son équipe d’une défaite face à Virginia. Tchatchouang plante le 3-points qui permet à Maryland de jouer une prolongation. Dans celle-ci, elle rentre le game-winner grâce à un lay-up à six secondes de la fin. Victoire des Terrapins 77-75. Tchatchouang frôle le double-double avec 9 points et 9 rebonds. Elle réalise 6 contres.

« En tant que sophomore, je me sentais comme une étudiante en fin de cycle depuis qu’on a plus de joueuse seniors dans l’équipe. Etre jeune signifie que je dois prendre plus de responsabilités », déclarait l’ailière française au terme de la rencontre.

  • Elle termine avec 13 points, 6 rebonds face à North Carolina le 23 janvier 2011, victoire 88-65.
  • Face à NC State, elle affiche des stats pleines avec 11 points, 7 rebonds et 7 passes en 29 minutes lors du large succès de Maryland 88-59.
  • Elle marque 7 points et prend 10 rebonds le 27 février lors de la victoire 78-69 contre Boston College
  • Elle compile 11 points, 5 rebonds, 4 passes, 3 interceptions face à St.Francis le 20 mars 2011

Diandra Tchatchouang n’effectuera pas sa saison junior et senior à Maryland. Elle rentre en France et rejoindra le club de Montpellier pour jouer ses premières minutes en Ligue Féminine de Basket. En 2013, les Etats-Unis lui font à nouveau un appel du pied puisqu’elle sera sélectionnée en 20ème position au second tour de la draft de cette année par les San Antonio Silver Stars. A ce jour, elle n’a pas encore revêtue la tunique de la franchise texane. Avec plus de 50 sélections en équipe de France, elle continue de parfaire son basket dans le championnat français. Un retour aux Etats-Unis ne saurait tarder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *