Clifford Robinson, le Blazer sacré meilleur sixième homme en 1993

Au terme de la saison 1992-1993, l’ailier au bandeau Clifford Robinson a été récompensé de ses efforts et de sa saison aux Portland Trail Blazers en recevant le trophée de meilleur sixième homme. Précisions. 

4 saisons après avoir évolué au sein de l’équipe universitaire de grande notoriété des Huskies de Connecticut, Clifford Ralph «  Cliff » Robinson est sélectionné en 36ème position au deuxième tour de la draft 1989 par Portland. La carrière NBA démarre alors pour le jeune ailier choisi par la franchise de l’Oregon à l’âge de 23 ans. C’est lors de sa quatrième saison chez les Blazers que Robinson, va se distinguer. En sortie de banc, il est un élément important du collectif dans lequel on retrouve Clyde Drexler, Terry Porter, Rod Strickland, Kevin Duckworth, Buck Williams, Mark Bryant, et Jerome Kersey, son back-up au poste d’ailier-fort.

Grâce à son apport dans le jeu d’attaque et ses moyennes qui ont gonflé, il est élu meilleur 6eme homme de la saison 1992-1993. Il tourne à 19,2 points en 82 matchs dont 12 en tant que titulaire dans le 5 majeur (47,3 % aux tirs et 69 % aux lancers-francs), 6,6 rebonds et 2,2 passes. Lors de la saison précédente en 1991-1992, ses moyennes étaient de 12,4 points (46,6% aux tirs, 66,4 % aux lancers-francs), 5,1 rebonds et 1,7 passe. « Uncle Cliffy » succède à l’ailier shooteur allemand Detlef Schrempf, double lauréat avec les Indiana Pacers lors des saisons 1990-1991 et 1991-1992.

AUTEUR DE 15 DOUBLE-DOUBLES

Le natif de Buffalo réussit sur ses 82 rencontres lors de cette saison 1992-1993, 15 double-double (points-rebonds) :

  • 20 points à 9/21 aux tirs, 5/6 aux lancers-francs, 13 rebonds, 3 contres face à Sacramento le 29 novembre 1992, victoire 107-99
  • 24 points à 10/17 aux tirs, 4/9 aux lancers-francs, 10 rebonds, 6 passes et 6 contres face à Milwaukee le 8 décembre 1992, victoire 126-97
  • 32 points à 16/21 aux tirs, 11 rebonds face à Washington le 13 décembre 1992, victoire 117-98
  • 28 points à 11/22 aux tirs, 5/6 aux lancers-francs et 16 rebonds face à Seattle le 22 décembre 1992, défaite 107-96
  • 13 points à 5/18 aux tirs, 3/7 aux lancers-francs, 10 rebonds, 3 passes et 3 contres face à Utah le 2 janvier 1993, défaite 110-102
  • 15 points à 6/21 aux tirs, 5/6 aux lancers-francs, 13 rebonds, 2 passes et 3 contres face à Sacramento le 3 janvier 1993, victoire 103-101
  • 22 points à 9/23 aux tirs, 14 rebonds, 8 passes, 4 contres face à Minnesota le 20 janvier 1993, victoire 110-94
  • 19 points à 8/20 aux tirs, 2/4 aux lancers-francs, 10 rebonds, 2 passes face à Chicago le 7 février 1993, défaite 101-91
  • 22 points à 7/17 aux tirs, 8/10 aux lancers-francs, 10 rebonds, 3 passes et 3 contres face à Phoenix le 2 mars 1993, victoire 102-97
  • 12 points à 5/15 aux tirs, 2/3 aux lancers-francs, 10 rebonds face à Denver le 4 mars 1993, défaite 103-88
  • 29 points à 14/29 aux tirs, 13 rebonds et 4 contres face à Charlotte le 5 mars 1993, défaite 94-92
  • 28 points à 12/24 aux tirs, 4/4 aux lancers-francs, 10 rebonds, 3 contres face à San Antonio le 13 mars 1993, victoire 108-99
  • 26 points à 10/17 aux tirs, 5/8 aux lancers-francs, 10 rebonds, 6 passes et 2 contres face à Sacramento le 25 mars 1993, victoire 113-111
  • 24 points à 10/22 aux tirs, 4/5 aux lancers-francs, 10 rebonds, 2 contres face à Washington le 3 avril 1993, défaite 114-102
  • 20 points à 9/21 aux tirs, 5/6 aux lancers-francs, 12 rebonds, 4 contres face au LA Clippers le 13 avril 1993, victoire 101-99

En plus de son match à 32 points et 10 rebonds face aux Bullets, Robinson termine 4 autres matchs de saison régulière à plus de 30 points :

  • 39 points à 18/25 aux tirs, 1/2 aux lancers-francs, 8 rebonds, 2 passes face à Atlanta le 29 mars 1993, défaite 127-118 (match en intégralité en fin d’article)
  • 31 points à 12/17 aux tirs, 7/12 aux lancers-francs, 8 rebonds, 3 passes, 3 interceptions et 2 contres face à Indiana le 2 décembre 1992, victoire 112-103
  • 31 points à 13/24 aux tirs, 3/3 aux lancers-francs, 7 rebonds, 4 passes et 2 contres face à Philadelphie le 26 décembre 1992, victoire 121-115
  • 30 points à 12/17 aux tirs, 7/12 aux lancers-francs, 5 rebonds et 3 interceptions face à Détroit le 31 mars 1993, défaite 120-101

Suite à ses belles prestations, l’ailier All-Star en 1994 cartonne le soir du 15 avril 1993. Contre le Jazz d’Utah et Karl Maone (38 points),  il claque 40 points, son record cette saison, prouvant son adresse face au cercle : 13/25 aux tirs et 13/14 aux lancers-francs. Malgré son admirable travail sur le terrain, Portland perd ce match de 5 unités : 122-117. Il terminera 36 matchs au total entre 20 et 29 points.

Rick Adelman, coach de Portland de 1988 à 1994, expliquait que Clifford Robinson pouvait jouer à différents positions sur le terrain : « Dès le premier entraînement après la draft puis au-delà, je ne pouvais pas imaginer qu’il était aussi polyvalent. Il pouvait jouer ailier-fort, ailier-shooteur, pivot. Et sa polyvalence sur la façon dont il pouvait défendre est vraiment ce qui a permis à notre équipe de s’en sortir à l’époque ». (Source :blog.oregonlive.com)

DE 6EME HOMME A TITULAIRE AUX BLAZERS

Dans une interview, Robinson ne veut pluscommencer les matchs depuis le banc et entend clairement devenir « starter » à la place de Jerome Kersey dès la saison 1993-1994, soit après celle son titre de meilleur sixième homme : « Mec, on s’entrainait dur tous les jours. Tous les jours. Je pense pas que j’aurais fait une carrière de 18 saisons sans un gars comme Jerôme Kersey que j’ai côtoyé. Il jouait si dur au quotidien que si tu ne le fais pas toi-même, cela va être visible très rapidement. Je n’allais donc pas céder. Je pense que j’ai gagné leur respect » (ndlr : du club de Portland). (source : blog.oregonlive.com).

En 93-94, Robinson devient titulaire en jouant 64 matchs sur 82 dans le 5 majeur en réalisant des stats quasi similaire qu’en 1992-1993 : 20,1 points (45,7 % aux tirs, 76,5 % aux lancers-francs), 6,7 rebonds et 1,9 passe. En huit ans passées aux Blazers, ses stats globales sont excellentes sur ses 644 matchs joués dont 322 dans le 5 majeur, soit la moitié des rencontres : 18,9 points (44,6 % aux tirs et 67,9 % aux lancers-francs), 6,1 rebonds et 2,4 passes.

Les 40 points de Clifford Robinson contre Utah en images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *