1998 NBA Finals : les 54 points inscrits par les Utah Jazz

Au cours des finales NBA en 1998, les Utah Jazz ont vécu une soirée cauchemardesque en attaque. Écrabouillées par les Chicago Bulls au Game 3, la franchise de Salt Lake City a rendu une pâle copie avec uniquement 54 points au compteur. Précisions.

Catastrophique, débandade absolue au United Center le 7 juin 1998, le Jazz a obtenu une bien mauvaise note offensivement avec seulement 30 % de réussite aux tirs contre près de 49 % pour les Bulls. Seul Karl Malone a surnagé dans ce marasme avec 22 points à 8/11 mais avec 7 ballons perdues. Surtout Utah a marqué que 9 points dans le dernier quart-temps alors que Chicago leur enfonçait le clou avec 24 unités dans ces 12 dernières minutes. Le contraste est saisissant.

Lors des matchs 1 et 2 Utah avait marqué à chaque fois 88 points. C’est moins de 3/4 quarts de qu’ils ont marqué ce soir-là. Au retour des vestiaires, ils comptabilisaient que 23 points en deuxième mi-temps. Le Utah Jazz s’inclina lourdement de 42 points : 96-54. Plus gros écart dans une défaite. “Le Mailman”, comme tout le monde, a fait ce triste constat : “Ils ont une sacré défense. On n’a pas pu répondre. On s’est fait botter les fesses. On n’a aucune excuse”.

UTAH JAZZ : PLUS PETIT NOMBRE DE POINTS EN FINALE NBA

Utah rentre dans les pages d’histoire malheureusement et devient l’équipe qui a marqué le moins de points dans des finales NBA. Auparavant, Syracuse et Houston étaient les deux franchises à avoir obtenu ce record avec 71 points en 1955 et 1981. Avec un total de 26 ballons perdus durant le match, plusieurs joueurs du Jazz ont connu une panne d’adresse face au panier : Bryon Russell (1/7), Jeff Hornacek (3/8), Greg Ostertag (1/7), Chris Morris (2/9), Howard Eisley (0/6).

Chicago a bien défendu sur les séquences d’attaque du Utah Jazz. Coach des Mormons, Jerry Sloan l’a bien reconnu : “je ne sais pas si’ j’ai déjà vu une équipe joueur aussi bien défensivement depuis que je suis dans ce milieu. Ils nous ont mangés tout crus. Nous n’étions pas dedans en attaque. Nous ne pouvions pas nous lever du plancher. Ils sont sortis et arrivés après nous. Je ne sais si j’ai déja vu une équipe rapide défensivement”. (baltimoresun.com)

Le coach de Utah n’a en revanche pas accepté le comportement de ses joueurs : “Je suis toujours surpris quand on ne vient pas en jouant dur. Je peux accepter de perdre mais c’est toujours une déception de ne pas jouer dur. Je pense que c’est vraiment critique”.

Dans la suite de ces finales en 1998, Utah ne réitera pas une performance aussi médiocre sur le plan offensif. Ils ont réussi à repartir sur un autre rythme. Mais les Bulls ont mené la danse face à ces Jazz en remportant ces finales, synonyme de sixième titre pour la bande à Michael Jordan.

Le match 3 Utah-Chicago en images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *