1976 NBA Finals : fabuleux match 5 entre Celtics et Suns au bout de 3 prolongations

Les finales NBA en 1976 opposaient les Boston Celtics et les Phoenix Suns. La franchise aux couleurs vertes et blanches décrochaient leur 13ème titre de leur histoire grâce au meneur Jo Jo White et un match 5 rentré dans les annales du championnat nord-américain.

Le 2 juin 1976, Boston avait l’occasion de faire le break dans ces finales. Menant 2-1, les C’s échouaient de peu sur le parquet des Suns qui relançaient totalement la série avec une précieuse victoire : 109-107. Phoenix avait bien été emmené par son quatuor : Gar Heard (19 points, 15 rebonds), Paul Westphal (28 points, 5 rebonds, 9 passes), Alvan Adams (20 points, 6 rebonds, 7 passes), et Ricky Sobers (14 points, 3 rebonds, 2 passes). La franchise de l’Arizona s’illuminait à nouveau en égalisant à 2-2 après avoir perdu les deux premiers manches dans le Massachussetts.

Côté Celtics, Jo Jo White a été auteur d’un bon match compilant 25 points, 2 rebonds, 4 passes et 4 interceptions en 43 minutes. L’arrière a bien été épaulé par ses intérieurs Paul Silas (18 points, 14 rebonds) puis Dave Cowens (22 points, 12 rebonds).

La cinquième manche entre ces deux finalistes fut tout simplement spectaculaire. L’équipe qui remportait ce match 5 prenait un avantage psychologique et était alors à un match de soulever le trophée doré. Le 4 juin 1976, ce cinquième match se déroulait à Boston devant 15 320 spectateurs et était diffusé à la télé nationale.

Dans le premier quart-temps de cette partie, les Suns ont été refroidis par Boston qui prit plus de 15 points d’avance après 12 minutes de jeu : 36-18. A la mi-temps, les Celtics faisaient la course en tête et rentraient aux vestiaires en menant 61-46. Le temps de souffler et de réfléchir, les joueurs de Phoenix étaient parvenus à réhausser leur défense. Ils inversent la tendance en deuxième mi-temps.

Le “Phoenix” renaît et maintenait le champion de la Conférence Est à 34 points marqués dans toute la seconde période, comblant tout leur retard de la mi-temps. La fin de match a été pleine de pression. Le match pouvait basculer d’un côté comme de l’autre sur un panier ou sur la ligne des lancers-francs. Et justement, c’est dans cet exercice que John Havlicek (pour Boston) et Curtis Perry (pour Phoenix) échouaient tour à tour, chacun ratant deux lancers. Les deux équipes jouaient une prolongation après la fin des 48 minutes du temps réglementaire : 95-95.

VICTOIRE DE BOSTON : FAUSSE ALERTE

Dans ce premier “overtime”, aucun des deux franchises ne parvenaient à se départager : 101-101.

A 3 secondes de la fin de cette première prolongation, le Celtic Paul Silas demanda temps-mort qui a été ignoré. S’il avait été accordé pour Boston, cela aurait abouti à une faute technique et donné aux Suns une chance de gagner le match avec un lancer à tirer. Mais l’arbitre Richie Powers a voulu ignorer le temps-mort que Boston n’aurait pas dû avoir car tous leurs temps-mort légaux avaient été utilisés. Sur les images, on voit clairement que Silas fait le geste du temps-mort. Paul Westphal confirma lui même que Silas l’a fait. Boston avait le ballon pour gagner à 3 secondes mais Havlicek loupa son tir. Deuxième prolongation.
Au cours de celle-ci, Phoenix repassait devant au score grâce à Perry, qui après avoir loupé son tir à 4 mètres, récupéra son rebond. Il enchaîna un pump fake et shoota à mi-distance qu’il réussit. Avantage Suns : 110-109. Il resta alors 4 secondes à jouer. Le public du Garden s’embrasa. Havlicek rentra un tir à 4m50 avec l’aide de la planche : +1 C’s 111-110. Alors que tout le monde pensait que c’était le shoot de la victoire (des centaines de fans de Boston exultaient et sautaient de joie sur le terrain), les arbitres se sont accordés à dire qu’il restait une seconde à jouer. Un fan furieux des Celtics frappa l’arbitre principal Richie Powers sur le terrain après avoir su qu’une seconde était encore à écouler.
GAL HEARD EGALISE, TROISIEME PROLONGATION

Au moment où les arbitres prirent le temps de confirmer qu’il restait cette seconde à jouer, Paul Westphal a été pleine de roublardise. Il demanda exprès un temps-mort au corps arbitral alors que Phoenix n’en avait plus aucun à utiliser. Tout ça pour gagner du terrain. Cette fois-ci, Richie Powers sanctionna bien Phoenix et Westphal. Et quand un joueur fait ça, on le sanctionne et l’équipe adverse doit tirer un lancer. A Boston, c’est Jo Jo White qui s’est présenté sur la ligne et a converti sa tentative en réussite : + 2 Celtics : 112-110.

A 1 seconde de la fin de cette deuxième prolongation, le ballon était rendu à Phoenix avec remise en jeu dès la moitié de terrain. Le ballon revenait dans les mains de Gal Heard qui arma un shoot. Le ballon réussit à rentrer dans le cylindre et transpercer le filet. Incroyable. Egalisation des Suns Le Boston Garden resta bouche bée. Silence de cathédrale. Heard égalisa à 112-112. Celtics et Suns devaient continuer à transpirer et fournir des efforts. Direction la troisième prolongation.

Ce shoot de Heard a été rebaptisé “Shot Heard Round’ the World” pour faire un jeu de mots sur le nom du joueur (« le tir entendu dans le monde entier »). 

GLENN MCDONALD : LA MAUVAISE DIGESTION DE PHOENIX

Avec 3 joueurs du 5 majeur bostonien à 6 fautes, le coach des Celtics Tom Heinsohn devaient faire confiance à ses joueurs du banc. Il fait alors rentrer Glenn Mcdonald dans cette troisième prolongation. L’ailier shooteur au nom de ce celèbre fast-food US a surpris tout le monde et écœura la défense de Phoenix. En 5 minutes, il planta 8 points dont 2 synonyme de dernier panier de cette rencontre qui a permis à Boston de gagner ce match de dingue : 128-126. Après tant d’effort de la part de Phoenix, la digestion a été longue pour les Suns à cause d’un “Mcdo”. Bon appétit.

Avec cette victoire obtenu après ce tel long combat, Boston resta invaincu dans sa maison du Garden dans la série et reprit l’avantage dans ces finales NBA 1976 : 3-2. Après une telle débauche d’énergie de la part des joueurs deux équipes, leurs lignes de stats ont été grandioses :

Boston Celtics :

  • Jo Jo White : 33 points, 6 rebonds, 9 passes
  • Dave Cowens : 26 points, 19 rebonds, 4 passes
  • John Havlicek : 22 points, 9 rebonds, 8 passes
  • Paul Silas : 17 points, 14 rebonds

Phoenix Suns : 

  • Paul Westphal : 25 points, 2 rebonds, 2 passes et 2 interceptions
  • Ricky Sobers : 25 points, 2 rebonds, 6 passes
  • Curtis Perry : 23 points, 15 rebonds, 6 passes
  • Alvan Adams : 20 points, 9 rebonds, 5 passes
  • Gar Heard : 17 points, 12 rebonds, 14 passes

Ce match 5 extraordinaire entre Celtics et Suns est rangé incontestablement dans la catégorie de celle des meilleurs matchs des Finales NBA de l’histoire du championnat nord-américain.

BOSTON CHAMPION NBA 1976, JO JO WHITE MVP

Deux jours plus tard, le match 6 se déroulait à Phoenix. Cette fois-ci, pas de prolongations et beaucoup moins de points marqués. Boston enchaîna un deuxième succès d’affilée en gagnant de 7 points sur le score de 87 à 80, décrochant le 13ème titre NBA de son histoire. Cette année-là, la franchise du Massachussetts remportait 13 finales sur les 14 disputées. Quelle efficacité et quel triomphe.

Jo Jo White, très complet avec 15 points, 5 rebonds et 6 passes sur ce match 6, est élu MVP des Finales NBA 1976. A 29 ans, il tourna à 21,7 points, 4,3 rebonds, 5,8 passes et 1,5 interceptions de moyenne sur les 6 rencontres disputées dans ces finales.

Jo Jo White, 33 points au Game 5 des NBA Finals 1976 (c) Getty

Le match 5 Boston-Phoenix en intégralité 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *